COVID-19 : la nouvelle riposte

Le plan de riposte du Cameroun contre le COVID-19 s’adapte à la réalité de la situation sur le terrain. Le ministre de la santé publique sur le plateau du Journal télévisé de 20h30.

Face à Adèle Mbala lundi soir, le Ministre de la santé a fait des annonces et apporter des explications. Depuis quelques jours en effet, il communique abondamment sur les nouveaux axes de la riposte contre le COVID 19. Avec 142 cas confirmés, il est plus question de gérer avec efficacité un plus grand nombre de patients. Le ministre sait que “nécessairement l’épidémie va continuer”  même s’il s’empresse de préciser que le Cameroun se situe loin des chiffres ( 500, 600) envisagés dans certaines prévisions.

 

généralisation des tests

La nouveauté de la riposte c’est d’abord une recherche active des cas. Douala le point de départde cette initiative. Avant le 17 mars, plusieurs voyageurs venus d’Europe et d’Asie ont rejoint le pays à Douala. Ils ont retrouvé les familles sans aucune précaution. Les décès de la semaine dernière illustrent bien cette hypothèse. Leurs noms sont connus. Mais les agents de santé communautaire vont être mobilisés pour une opération porte à porte dans l’ensemble des quartiers de la ville.

Douala, cœur de cible

riposte

Le deuxième axe concerne l’augmentation du nombre de lits pour la prise en charge des patients. 650 chambres à Yassa et 550 chambres à Olembe vont permettre de  d’élargir les capacités d’accueil. Ces immeubles construits pour les logements sociaux vont permettre d’héberger  les malades et le personnel soignant dans les immeubles différents. Yaoundé et Douala sont désormais capables d’accueillir plus de malades. Douala est aussi doté d’un laboratoire équipé pour les tests de dépistage.

La riposte sur le terrain

Ainsi le gouvernement veut rassembler éloigner les porteurs du virus de leurs communautés. Cet axe de régulation sociale doit freiner la propagation.  Au lieu du confinement très couteux, le gouvernement préfère des mesures barrières. Pour réussir, les autorités administratives prennent le relai. Le respect des mesures présidentielles devient une prérogative des gouverneurs, des préfets et des sous-préfets. Des points d’eau seront placés un peu partout pour inciter les usagers à respecter les règles d’hygiène  et les mesures de distanciation sociale.

riposte

Le nerf de la guerre

Enfin un fonds de solidarité est créé. Il va recevoir toutes les contributions et permettre d’assumer les dépenses liées à la riposte contre le COVID19. Le confinement des passagers des vols du 17 mars à Yaoundé et Douala a couté jusqu’ici 630 millions de FCFA.  En relevant, le ministre montre aussi le cout élevé de la prise en charge des malades. Les aspects scientifiques n’échappe à l’urgence de la coordination des actions. autre point de la gouvernance de la crise est scientifique. Un conseil scientifique doit avoir  avis consultatif sur toutes les questions techniques et médicales

Elvis Mbimba

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.