CAMTEL, 4e opérateur mobile au Cameroun

L’opérateur historique national a reçu ce jeudi trois conventions de concession du gouvernement. Elles concernent la téléphonie fixe, le mobile et le transport. C’était au cours d’une cérémonie présidée par le ministre des postes et télécommunications, Minette Libom Li Likeng. La cérémonie officielle de remise des titres a vu la participation d’un public nombreux à l’hôtel Hilton de Yaoundé. Parmi les invités, plusieurs membres du gouvernement, du corps diplomatique et de la société civile à Yaoundé.

Et de quatre donc, avec l’entrée de CAMTEL dans le cercle des opérateurs de la téléphonie mobile au Cameroun. C’est un marché de plus de 19 millions d’abonnés. Avant l’entrée en scène de cet opérateur national, ce marché était partagé par des filiales de trois grandes multinationales.  la Sud-africaine MTN a près de 8 millions d’abonnés(2018); l’opérateur français ORANGE compte près de 7 millions d’abonnés(2018) et le Vietnamien NEXTTEL, près de 5 millions d’abonnés  (2018).

Un grand jour pour Camtel 

 

 

 

Judith Yah Sunday, directeur général de Camtel, n’a pas caché son émotion pour ce moment “historique”.  L’entreprise dont elle a la charge, devient acteur du développement de l’économie numérique au Cameroun. Toutes choses qui, selon elle, participent du vœu du chef de l’État de voir intégrer les professionnels du numérique dans le fonctionnement des services publics et dans notre économie. En remerciant le président de la république, Judith Yah Sunday s’est engagée solennellement à respecter les obligations prescrites dans ces titres.

Camtel doit devenir rentable

Pour Louis-Paul Motaze,  ces titres constituent justement  un “nouveau relai de croissance”. Il affirme que Camtel doit participer à la création des richesses. Le ministre des finances exhorte Camtel à rentabiliser cette situation stratégique. L’État attend de meilleures performances financières de Camtel.

Pour le ministre des postes et télécommunications, ce repositionnement est une étape majeure. elle va renforcer sa productivité. Elle prescrit la culture du résultat, de la performance ainsi que le respect du cahier de charges. L’une des prescriptions est d’étendre la connectivité dans les zones rurales. Pour Minette Libom Li Likeng, cette étape devrait assurer un service de qualité et à des coûts abordables aux consommateurs.

 

Aline NGUINI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.