#Panafricaines 2020: ouverture des débats à Casablanca

C’est dans une ambiance assez chaleureuse que la 3ème édition du forum « Les Panafricaines » s’est ouverte ce 06 mars 2020 à Casablanca au Maroc. Retour sur cette journée riche en émotion.

De la musique, des messages forts, mais surtout des cris et des youyous pour saluer une initiative qui se préoccupe de l’avenir du continent africain. Et pour cette année en choisissant de parler de l’urgence climatique, « Les Panafricaines » veulent questionner leur implication et apporter leur touche particulière.

Les messages

Pour Salim Cheikh, Directeur Général du groupe 2M, au cœur de la mise sur pied de ce réseau, les femmes journalistes en service dans les médias des 54 pays africains ont réussi le pari d’intéresser les populations à l’environnement et à la question du genre. Une mobilisation que le patron de 2M présente comme un engagement de la chaine pour faire de la femme, un véritable vecteur de changement.

« Le choix de l’urgence climatique comme thème phare de cette édition vient confirmer le rôle des médias pour informer et sensibiliser les sociétés africaines sur les grandes thématiques stratégiques pour le continent. », a-t-il précisé lors de son mot de circonstance.

Avec ses 4% produits en émissions mondiales de gaz à effet de serre, le continent africain est bien loin du pourcentage alarmant qui détruit peu à peu la couche d’ozone. Et pourtant, à cause de la spécificité de son climat sec et aride, il reste le plus vulnérable.

Le 4ème pouvoir

Selon Fathia El Aouni, Présidente du comité permanent des panafricaines, c’est le métier de journaliste qui a le devoir d’informer, de sensibiliser car selon certains experts, les journalistes ont une responsabilité à l’endroit des populations.
Jemima Catraye, Directrice générale de l’Office de Radio Diffusion du Benin a insisté sur un fait.
« C’est le temps pour nous autres Panafricaines, dans la solidarité africaine, de nous mettre ensemble pour vaincre cette fatalité. »

Le grand débat

L’expertise des panélistes de cette 3ème édition du genre a tôt fait de planter le décor. L’Afrique n’a pas le droit de se morfondre ou baisser les bras parce que n’étant pas responsable de la situation qui prévaut. Arona Diedhiou du Sénégal, Ana Lê de la Tanzanie, Mohamed Benyahia du Maroc ou encore Saber Fayez d’Egypte ont tôt fait de présenter l’état des lieux et indiquer des pistes pour une voie de secours.

Le village du forum

Pour accompagner les activités scientifiques, une sorte d’exposition du savoir-faire de certains partenaires de cet évènement a vu le jour dans un coin du site. Dans les stands, chacun y va de son ingéniosité pour présenter ses produits.


Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.