#Panafricaines2020 : les journalistes veulent sauver la planète

En visite de travail chez le ministre des affaires étrangères du Maroc, les journalistes, membres du réseau “Les Panafricaines” ont reçu des encouragements pour l’intérêt qu’elles accordent à l’environnement.

« L’Afrique n’est pas responsable des changements climatiques, mais subit les conséquences des actions engagées par les autres pour leur développement. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle, elle doit prendre une posture de victime ». C’est en ces termes que Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères du Maroc s’est exprimé ce 05 mars 2020 à Rabat au Maroc. C’était lors de son allocution de circonstance à l’occasion de sa rencontre de travail avec les femmes journalistes d’Afrique.

Rassurant, il a promis d’accompagner ces femmes des médias réunies au sein du réseau « Les Panafricaines » autour d’un combat commun. La sensibilisation pour l’adoption d’attitudes responsables.

« Notre continent doit entamer une action de terrain pour accompagner et prendre conscience. C’est la raison pour laquelle je salue l’engagement des Panafricaines que je félicite vivement. », a ajouté le ministre.

Mener des actions fortes

Comme lui, Miguel Angel Morantinos, le Haut-Représentant pour l’Alliance des civilisations des Nations Unies, dans une vidéo projetée à l’assistance, a salué l’engagement de ces journalistes dans une action qui se doit commune et forte. « Les chiffres parlent d’eux-mêmes et sont alarmants. Si rien n’est fait, l’Afrique comme le reste du monde disparaitra de la carte mondiale.”, a indiqué Miguel Angel Monrantinos.

Par la même occasion, il a appelé à la responsabilité de chacun pour que toute la planète soit sauvée et l’humanité par la même occasion.

Pour certains journalistes à l’instar de Yvonne J. du Botswana, les populations ne sont pas assez informées sur les menaces liées aux changements climatiques. « La plupart continue d’avoir des comportements à risques pour notre continent. Il est important voir primordial que nous leur donnions des informations capitales. D’où l’importance de ce forum 2020 des Panafricaines.”

Les débats, un moment privilégié

Placée sous le thème : « Urgence climatique, les médias acteurs du changement », les travaux proprement dit du 3ème acte de ce forum dont la portée internationale n’est plus à douter, s’ouvrent ce 06 mars 2020.

A Casablanca, environ 200 femmes, professionnels des médias ont déjà fait le déplacement. Elles vont travailler en ateliers pour essayer de faire de la question des changements climatiques, un plaidoyer dans leurs médias respectifs.

Jeanne Ngo Nlend à Casablanca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.