Violence contre un sous-officier de gendarmerie à Garoua : le gouvernement se prononce

Dans un communiqué signé du Ministre de la communication le 14 mars, le gouvernement camerounais fait le point de ce qui s’est réellement passé et condamne énergiquement la horde de fake news relayés autour du sujet et l’agression d’un sous-officier de gendarmerie dans l’exercice de ses fonctions.

Le 13 mars 2020, les réseaux sociaux relayent massivement une vidéo dans laquelle l’on voit clairement un groupe de personnes molester sauvegement un jeune homme, la trentaine apparente. Les textes qui accompagnent cette vidéo présentent  un “agent secret désigné par le pouvoir pour assassiner le Leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), Maurice Kamto” en tourné dans la région du Nord. Mais dans la vidéo, une oreille attentive peut également capter la victime entrain de décliner son identité et malgré cela subir une vindicte populaire sans précédent. Le public est divisé, entre ce “présumé assassin” décrit par les partisans du Mrc et l’élément des forces de maintien de l’ordre en mission de renseignements.

🔴LES TALIBANS SONT FRANCHEMENT DES #ANIMAUX #SAUVAGES! DES MALADES MENTAUX! OBSERVEZ VOUS MÊMES, LE DÉROULÉ DE LA SOI…

Publiée par Astrid La SkandaleuZ sur Vendredi 13 mars 2020

Garoua ce qui s’est passé

Quelques militants du MRC avec l’arme de la victime

La gendarmerie nationale est la première à lever l’équivoque sur ce qui s’est réellement passé à Garoua. Tout en condamnant l’acte de violence, le communiqué publié sur le compte Facebook de la gendarmerie nationale explique la position de son élément, le maréchal des logis Ngwe Jean Fils en ce lieu : ” Ce personnel de Gendarmerie, déployé en civil dans le cadre d’une mission classique de renseignements, était porteur d’une arme de service dans les conditions prévues par la réglementation. Il ne faisait que son devoir et n’a à aucun moment eu d’intentions malveillantes”. Le communiqué de René Emmanuel SADI va également s’appuyer sur ce recoupement de la gendarmerie nationale, laquelle a ouvert une enquête pour établir les responsabilités des uns et des autres.

Le communiqué intégral du Mincom

Odeline Stella Mouazan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.