Education de base : 3000 instituteurs sur le terrain

2000  instituteurs  nouvellement sélectionnés  plus les 1000 déjà intégrés à la fonction publique en 2019 vont être dispachés à travers l’étendue du territoire afin de résorber le déficit d’enseignants dans les écoles primaires et maternelles.

La bonne nouvelle a été donnée au cours du point de presse du Ministre de l’éducation de base ce 27 mai à Yaoundé.

L’opération est à sa première phase. 2000 enseignants répartis équitablement dans les dix régions. À long terme, elle vise le recrutement de 12000 dici 2024.

S’arrimer aux normes

Sur les 19.000 ecoles primaires et maternelles que compte le Cameroun, 10.000 rencontrent un déficit d’enseignant, soit 1 maître public par école au lieu de 3. Les regions du Centre, du Nord et de l’Extrême-Nord sont les plus touchées. Le Cameroun voudrait S’arrimer aux normes de l’UNESCO qui prescrivent 1 maître pour 40 élèves et quitter son statut actuel de 1 pour 51. Au delà des zones les plus touchées, l’état du Cameroun voudrait ravitailler toutes les dix régions en instituteurs formés et compétents, mais surtout s’assurer que les personnels affectés dans celles-ci en sont des ressortissants. Objectif, d’éviter les problèmes actuels d’intégration sociale et de déplacements.

Priorité à la compétence

Institutrice entrain de partager le savoir à un écolier

Les femmes font 60%de l’effectif global. En plus de la patience et du professionnalisme des maîtresses.
Le Ministère de l’éducation de base compte également sur l’expérience d’anciens instituteurs : “Nous allons privilégier ceux qui ont été formés depuis des années et qui n’ont pas pu avoir d’emploi. La fonction publique ne recrutant que les personnes âgées de 32 ans au plus, nos partenaires ont voulu qu’on trouve une solution à ce problème social en allant jusqu’à 40 ans. Les enseignants ayant de l’expérience sont en première ligne “, avait déclaré le Pr Laurent Serge ETOUNDI NGOA lors du lancement du programme.

Le projet de recrutement de 12000 instituteurs est un partenariat entre la banque mondiale et l’état du Cameroun pour le programme d’appui à la réforme de l’éducation au Cameroun (PAREC). À ce jour, l’institution bancaire a déjà financé à hauteur de 228 millions de dollars, environ 135. 675. 230. 400 fcfa

Odeline Stella Mouazan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.