#COVID19 : la visière entre dans les habitudes

Avec le masque, la visière est l’un des objets les plus emblématiques de la pandémie de coronavirus. Imaginé par des adeptes du bricolage, les visières de protection sont le plus souvent utilisées dans un contexte professionnel.

Les professionnels de santé et autres travailleurs du secteur public et privé de la société sont les plus nombreux à recourir aux visières de protection. De nombreuses entreprises se sont d’ailleurs lancées dans la production et la commercialisation de ce nouvel accessoire pour se protéger du coronavirus.

Les visières de protection sont composées d’un serre-tête, auquel est fixé un écran transparent en polycarbonate qui couvrent entièrement le visage précisément les yeux, le nez et la bouche, trois portes d’entrée de prédilection des virus.

 

D’après le Dr Anna Noah, infectiologue, les bonnes visières de protection doivent répondre à la norme européenne NF EN 166 concernant les protections individuelles de l’œil. « Cette norme prend en compte des exigences comme la qualité optique, le champ de vision, la solidité des serre-têtes ou le niveau de protection de l’écran », explique-t-il.

 

Au Cameroun, ce ne sont pas seulement des professionnels de santé ou de la norme qui fabriquent ces visières. En effet, grâce à des tutoriels disponibles en ligne, la fabrication est à la portée de tous.

Pour Agathe B., agent de télécommunications, les visières sont de bon palliatif pour protéger son visage en évitant de respirer le gaz carbonique rejeté lors du port d’un masque.

 

La visière pour remplacer le masque?

D’emblée, la réponse est négative. « Les visières sont des équipements de protection des yeux et du visage, non des équipements de protection respiratoire. À ce titre, elles sont moins efficaces que les masques pour lutter contre la propagation du virus », indique le Dr Noah.

Elle poursuit en rappelant que si on leur concède une certaine utilité, les visières ne sont pas une solution miracle. En effet, elles protègent uniquement des très grosses gouttelettes infectieuses émises immédiatement après une toux par une personne face à vous. Elles ne protègent pas des particules qui peuvent rester en suspension dans l’air.
En milieu de soins, elles ne doivent pas être utilisées seules, mais en complément d’une protection respiratoire et pour garantir leur efficacité, il faut éviter de les toucher pendant leur utilisation, ou encore de passer ses mains dessous pour se frotter les yeux par exemple.

 

Utilisation complémentaire

 

Les visières sont tout à fait à même d’éviter à son porteur d’être contaminé par « des grosses gouttelettes émises immédiatement après une toux par une personne à proximité et face à l’écran.

Malheureusement, elles ne peuvent pas être utilisées en remplacement des masques grand public. Leur emploi est efficace, mais dans le cadre de la protection contre le coronavirus, leur efficacité est perceptible en complément du port d’un masque grand public.

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.