Désertification: les Camerounais appelés à être éco-citoyens

L’appel est du ministre de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement durable, Hélé Pierre lors d’une conférence de presse ce 16 juin à Yaoundé, en préludé à la journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse célébrée le 17 juin 2020.

 

« Aliments, Fourrage, Fibres. » Le thème de l’édition 2020 de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, vise à sensibiliser les populations sur la manière de réduire leur empreinte écologique. Selon le ministre Hélé Pierre les Camerounais ont besoin de terres pour se nourrir, se loger, se livrer à des activités industrielles. Face à la montée galopante du changement climatique, le ministre de l’Environnement insiste sur l’urgence d’éduquer les populations sur comment réduire leur impact personnel sur le milieu de vie. En effet, il a indiqué que cela passe par « les changements des attitudes de consommation », c’est-à-dire utiliser les ressources naturelles, la forêt, la terre, ou l’eau de manière rationnelle.

Promouvoir le développement durable

Cette option du gouvernement consiste à limiter les émissions de gaz à effet de serre sur les populations. Cela participe donc de la préservation des écosystèmes, de la biodiversité, garantissant des terres cultivables et un cadre de vie adéquat à tous. Ainsi, dans un contexte d’urbanisation et de forte croissance démographique, le gouvernement mise un plan de développement vert, à travers des opérations comme « Sahel vert » ou encore « un citoyen un arbre » pour limiter l’avancée du désert. D’où l’objectif principal de cette journée axée essentiellement sur la sensibilisation des populations à des comportements responsables, bref à devenir des éco-citoyens.

Statistiques

La situation est préoccupante. Les statistiques font état de ce que la production de vêtements et d’articles chaussants provoque 8% des émissions mondiales de serres, un chiffre qui devrait atteindre près de 50% d’ici 2030 si les attitudes ne changent pas. D’après des experts en la matière, si chaque consommateur cessait d’acheter des produits dont la production contribue à la dégradation des terres, les fournisseurs en réduiraient la commercialisation et feraient comprendre aux producteurs et aux décideurs qu’une évolution des pratiques est nécessaire.

En rappel, la Journée de la désertification et de la sécheresse a été officiellement déclarée par l’Assemblée générale des Nations Unies «Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse» le 30 janvier 1995.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.