Hydroxychloroquine: The Lancet se retracte

Dans un article paru ce 04 juin 2020 dans les colonnes de la revue scientifique, Mandeep R. Mehrale, le coordonateur de celle-ci est revenu sur les conclusions classant l’hydroxychloroquine inéfficace dans le traitement de la Covid-19.

 

“Après la publication de notre article, plusieurs inquiétudes ont été exprimées quant à la véracité des données et analyses menées par Surgisphere Corporation. Sur la base de cette évolution, nous ne pouvons plus garantir la véracité des principales sources de données”.


C’est en ces termes que s’est exprimé le coordonnateur du journal médical Lancet. Revenant ainsi sur une découverte récente selon laquelle l’hydroxychloroquine ou la chloroquine pourrait augmenter le risque de décès pour les patients COVID-19.

Tout en rétractant les résultats, le journal a également présenté des excuses pour les inconvénients. « Nous nous excusons auprès des éditeurs et des lecteurs du Journal pour les difficultés que cela a occasionnées.»

Publiée le 22 mai dans The Lancet, l’étude (lien) concluait que l’hydroxychloroquine n’est pas bénéfique aux malades du Covid-19 hospitalisés et peut même être néfaste. Sa parution avait eu un retentissement mondial et des répercussions spectaculaires, poussant notamment l’Organisation mondiale de la santé (Oms) à suspendre les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.

 

L’avis de l’Oms

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le Directeur général de l’Oms a annoncé le 03 juin 2020 que son organisation allait reprendre les essais cliniques sur le médicament queréllé.

 

Il déclarait alors que le comité de surveillance de la sécurité des données, avait décidé qu’il n’y avait aucune raison de suspendre l’essai international après avoir examiné les données disponibles sur le médicament.

Outre les réactions généralisées d’autres chercheurs, le rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton, a déclaré au journal Guardian qu’il s’agit d’un « exemple choquant d’inconduite en matière de recherche au milieu d’une urgence sanitaire mondiale ».

Suite à la rétractation du Lancet, Surgisphere, la société américaine d’analyses des soins de santé a publié une déclaration indiquant que leurs résultats n’étaient que des observations et n’étaient pas concluants.

Néanmoins, cette rétraction après de nombreuses critiques, ne signifie en aucun cas que les molécules contenues dans ce médicament sont sans effets sur les patients contaminés par le coronavirus

 


Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.