#COVID19 : le gouvernement veut limiter la contagion carcérale

Dans un point de presse donné ce 11 juillet 2020, le porte-parole du ministre de la Santé Publique est revenu sur les nombreuses dispositions prises dans le milieu carcéral pour freiner la contamination dans les centres de détention.

 

Le 18 mars 2020, Joseph Dion Ngute a signé une lettre circulaire relative au renforcement des mesures sanitaires et de sécuritaires dans les prisons.

Ces recommandations contiennent des informations utiles pour le personnel et les prestataires de soins de santé travaillant dans les prisons, les familles et conseils des prisonniers ainsi que pour les autorités pénitentiaires.

Quatre mois plus tard, elles sont toujours applicables et ont conduit sans surprises au contrôle de la contamination au coronavirus pour les pensionnaires des prisons du Cameroun. La finalité étant de limiter autant que faire se peut le risque de contamination tant des prisonniers que du personnel pénitentiaire.

 

Les recommandations

 

De ces règles, on retient entre autres :

– La suspension de toutes les corvées externes pour les détenus;

– La mise en place des conditions particulières pour le contrôle des visites aux détenus en privilégiant la remise des repas, en lieux et place des contacts physiques ;

– L’encadrement et la surveillance des communications des détenus avec leurs conseils ;

– La suspension des activités socio-culturelles et éducatives ;

– L’encadrement des évacuations des malades vers les formations sanitaires à l’extérieur et à leur retour ;

– Le respect des règles d’hygiène et de salubrité par les personnels ;

– Les audiences dans les juridictions étant renvoyées par les autorités judiciaires, les personnels d’encadrement devraient être d’astreintes pour l’accompagnement efficace des différentes mesures d’hygiène et de salubrité instituée au niveau de chaque prison.

 

Décentralisation

Dans le cadre de la décentralisation de la riposte contre le nouveau coronavirus, il existe des comités régionaux de coordination de prévention et de gestion dans les 10 régions du pays. Ils sont chargés de s’assurer du caractère opérationnel des différents mécanismes mis en place. Centres de prise en charge, centres de testing, distribution du necessaire pour l’application des gestes barrières, etc.

Ces comités régionaux travaillent en étroite collaboration, les uns avec les autres.

 

Difficile mais pas impossible

D’après Manaouda Malachie, le Ministre de la Santé publique, le risque d’une introduction du virus de la COVID-19 dans les prisons et autres lieux de détention varie d’un pays à l’autre.
Au Cameroun, il est indispensable d’éviter autant que possible l’apparition de cette maladie dans ces environnements.
“Il n’a jamais été facile de gérer les flambées infectieuses dans les lieux de détention, où les individus se tiennent près les uns des autres”, explique-t-il.

Avec la COVID-19, la tâche est difficile car, dans de nombreux cas, la maladie peut se manifester sous la forme d’une affection respiratoire bénigne et se développer progressivement », a-t-il déclaré lors d’une interview qu’il a accordée à la #CRTV.

 

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.