Caucus africain: Le plan de sortie de crise

Les gouverneurs africains du groupe de la banque mondiale et du fonds monétaire international (FMI) réunis en mode virtuelle pour la session 2020 ce 06 Août ont élaboré un mémorandum à remettre à ces institutions de Bretton woods.

C’est le Cameroun qui était le pays hôte de cette réunion qui avait pour thème : “Protéger le capital humain de l’Afrique face à la Covid-19: sauver des vies, préserver le bien-être, sauvegarder la productivité et l’emploi”.

Principal axe des travaux

Les échanges ont donc tourné, comme l’on s’y attendait, autour des voies de sortie de cette crise sanitaire qui est en train de se transformer en crise économique et financière, ainsi que l’a affirmé Louis-Paul Motaze, le ministre des finances du Cameroun et en même temps l’un des hôtes de cette concertation.

Dans le même ordre d’idées, Alamine Ousmane MEY, ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire du Cameroun et président du Caucus africain 2020, dira que c’est la toute première fois en 2020, après plusieurs années de croissance positive que l’afrique subsaharienne va connaître une récession.

C’est ainsi que ces gouverneurs africains ont pu formuler, à travers un mémorandum, des éléments de réponses ainsi que des doléances qui seront adressés au Fonds monétaire international et à la banque mondiale, en marge des assemblées annuelles au mois d’octobre.

Le document ainsi obtenu a été élaboré sur 5 étapes qui traduisent les volontés, les engagements et les attentes des États africains représentés autour du Caucus.

Contenu du mémorandum

Il s’agit:

1- Du renforcement de l’aide extérieure et de la mobilisation des ressources. Appel adressé à l’endroit du fonds monétaire et de la banque mondiale pour relever le niveau des ressources dont les États africains ont besoin en cette période difficile.

2- Du renforcement des infrastructures de santé, de l’accès aux services sociaux de base ainsi que du relèvement de la qualité de l’éducation.

3- De l’assistance technique, du soutien et de l’accompagnement de ces partenaires pour garantir une stabilité à l’intérieur comme à l’extérieur.

4- Du secteur privé à travers les marchés qui doivent être entretenus et maîtrisés, de l’emploi qui doit être préservé et davantage de postes créés.

5- De la représentation de l’Afrique au sein des institutions de Bretton woods. Occasion pour Alamine Ousmane MEY de
saluer les développements récents qui ont donné lieu à la désignation d’un second vice-président pour l’Afrique centrale et l’Afrique occidentale.

Autant de choses qui ont fait dire au ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire que nous sommes dans une dynamique qui permettra sans aucun doute à nos pays, de poursuivre non seulement la riposte face à la pandémie, mais de nous structurer pour que dans le futur, nous puissions retrouver les sentiers d’une croissance durable.

Aline NGUINI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.