Elections régionales: les préparatifs s’accélèrent

En attendant la convocation du corps électoral par le président de la République, la plupart des acteurs du processus sont en branle en vue de la mise sur pied des prochaines collectivités territoriales décentralisées.

 

Tenue des élections régionales  au Cameroun, il y a comme une fumée dans l’air. Les concertations observées depuis quelques semaines entre les chefs traditionnels et le ministre de l’Administration territoriale (Minat) sont visiblement des signes annonciateurs de ce scrutin. Dans cette optique, le Minat, Paul Atanga Nji a reçu lundi 3 août 2020, une délégation de six chefs traditionnels du Wouri, région du Littoral. Pendant près de 3h, les discussions à huis-clos étaient axées, selon certaines indiscrétions, sur l’organisation à venir des élections régionales.

Contenu des échanges…

Le Minat a voulu rappeler aux auxiliaires de l’Administration qu’ils doivent se préparer pour les élections des conseils régionaux. Selon Paul Atanga Nji, même s’il faudrait attendre la convocation du corps électoral par le président de la République, les chefs traditionnels ne devraient pas perdre de vue qu’au regard des dispositions de l’article 251 du Code électoral, qu’il leur incombe d’élire les représentants du commandement traditionnel à travers un collège électoral restreint. Comprendre les conditions d’éligibilité. Il s’agit notamment des chefs des 1er, 2e et 3e degrés autochtones. Cependant, les chefs traditionnels ne sont pas les seuls concernés par la mise en place des collectivités territoriales décentralisées. Il y a également, les conseillers municipaux, chargés de choisir les délégués des départements.

Préparatifs à Elecam

L’instance en charge de l’organisation des élections au Cameroun s’active aussi dans la perspective des prochaines élections régionales. Certes rien ne filtre pour le moment sur le dispositif mis en place par Elections Cameroon, mais le président du Conseil électoral, Enow Abrams Egbe et le directeur des élections, Erik Essousse ont souligné lors du dernier Conseil électoral que leurs équipes sont mobilisées pour relever les défis d’une tenue sans faille de ces élections annoncées par le président de la République en février 2020.

Selon les l’alinéa 3 de l’article 248 du Code électoral, les chefs traditionnels justifiant la qualité de conseiller municipal, ne peuvent exprimer leur suffrage que dans un seul collège électoral.

L’avènement des conseils régionaux sonne comme un coup d’accélérateur pour l’effectivité de la décentralisation au Cameroun.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.