Nécrologie: Jean Claude Tsila s’est éteint

Préfet du Mfoundi, région du Centre, cet administrateur civil principal est décédé le 12 août 2020, à l’hôpital général de Yaoundé, des suites de maladie à l’âge de 64 ans.

 

La triste nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre au crépuscule hier mercredi. Jean Claude Tsila n’est plus. Cette figure majeure du commandement territorial vient alors de rendre l’âme à l’hôpital général de Yaoundé où il suivait des soins depuis quelque temps. De sources sanitaires, il sentait une douleur dans l’une de ses jambes depuis le début du mois de juillet 2020. Après examen, le corps médical conclut qu’il avait une tumeur au niveau du cerveau. À l’annonce de sa mort, les autorités administratives, amis et connaissances se ruent vers son domicile au quartier Bastos à Yaoundé. Parmi eux, le gouverneur du Centre, Naseri Paul Bea, l’ambassadeur itinérant Albert Roger Milla et bien d’autres visages consternés par cette grande perte pour le département du Mfoundi, la région du Centre et le Cameroun tout entier.

Carrière

Titulaire d’une licence en droit, Jean claude Tsila est un produit de l’Ecole nationale d’Administration et de la magistrature. Après sa sortie de cette prestigieuse école en 1982, il entame une belle carrière. Trois ans d’imprégnation du commandement territorial à l’actuel ministère de l’Administration territoriale, 2e adjoint préfectoral du Nyong-et-Ekelle, sous-préfet de Botmakak, Logone-Birni, Ngomedzap, Yaoundé 6, Yaoundé 1er entre autres arrondissements. Puis, il devient Préfet du Nyong-et-Mfoumou entre 2008 et 2010. Et depuis 2010 jusqu’à son décès il était préfet du département du Mfoundi. Il y avait remplacé l’actuel ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo. Pour ce Commandeur de l’Ordre national de la valeur et administrateur civil principal hors-échelle il s’agit haute marque de confiance de la hiérarchie au regard de ses prises de décision mesurées. Au total, il aura passé 31 ans à occuper les fonctions du sous-préfet et de préfet.

Œuvres

Président de l’Association pour le développement de l’arrondissement de Soa, chef traditionnel d’Obala, région du Centre. Pendant plus de dix ans à la tête du Mfoundi, Jean Claude Tsila s’est illustré dans la lutte sans relâche contre le désordre urbain dans la ville de Yaoundé. Il avait d’ailleurs mis fin à la circulation anarchique des conducteurs des mots dans le périmètre urbain. Sa contribution était également significative dans l’encadrement de la police municipale de l’ancienne communauté urbaine de Yaoundé. Récemment, Jean Claude Tsila était très engagé dans la lutte contre le coronavirus à travers un arrêté qui demandait à ses collaborateurs de veiller au strict respect des mesures barrières par tous, sous peine de sanctions. Ceux qui l’ont côtoyé parlent d’un homme rigoureux, ferme, accessible et pondéré. Né le 5 septembre 1956 à Yaoundé, Jean Claude Tsila était marié et père de huit enfants.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.