Le gouvernement camerounais dit non à l’insurrection

Le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi vient d’exhorter les Camerounais lors d’un point de presse, à plus de maturité et de civisme face aux manœuvres de déstabilisation annoncées par les responsables du MRC.

 

Les Camerounais ne céderont pas à la provocation et à l’incitation à la haine comme projetée par les responsables du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC), le 22 septembre 2020. C’est la ferme conviction du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement. Selon René Emmanuel Sadi, ce parti de l’opposition qui a coutume de défier l’autorité de l’Etat, est en quête de survie. Car, « victime à la fois de ses contradictions et de ses égarements ». « La conquête du pouvoir se fait au travers du suffrage universel, et donc par les urnes et non dans la rue » a-t-il déclaré.

Position du gouvernement

« La marche du 22 septembre est illégale ». Pour le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, « cette prétendue marche pacifique n’est en réalité qu’une autre tentative de défiance des pouvoirs publics, d’atteinte à l’ordre public, et l’expression désespérée d’une volonté d’exister ». En effet, les responsables du MRC appellent au boycott des prochaines élections régionales, « mais aussi et surtout à l’insurrection populaire et au renversement des institutions républicaines ». Ainsi, « les préalables inexistants à la tenue d’élections crédibles, à savoir, la réforme du code électoral et la fin de l’insécurité dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest » ne sont que des prétextes fallacieux du point de vue du gouvernement.

Force restera à la loi

Le ministre de la Communication rassure l’ordre public sera préservé ce 22 septembre. C’est pourquoi, René Emmanuel Sadi invite les Camerounais d’ici et d’ailleurs à vaquer sereinement à leurs occupations. « Le peuple camerounais dans sa grande majorité, il faut le dire et s’en féliciter, ne s’est jamais laissé abuser par des politiciens sans scrupules, plus préoccupés et aveuglés par leurs ambitions personnelles outrancières que par les enjeux et intérêts des populations et de la Nation tout entière » a-t-il relevé.

À l’observation, au moment où le Cameroun s’apprête à parachever la mise en place de son édifice institutionnel à travers les élections régionales  annoncées, il ne saurait admettre la destruction des acquis.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.