#Régionales2020: des personnalités en lice

Des visages connus de la scène politique nationale, universitaires, opérateurs économiques et chefs traditionnels se dévoilent à moins de quatre mois du scrutin du 6 décembre 2020.

 

Être élu président du Conseil régional. Ils en rêvent déjà. La majorité des ex-délégués du Gouvernement auprès des communautés urbaines remplacés par les maires de ville, de hauts fonctionnaires à la retraite et opérateurs économiques, font partie des personnalités qui visent les postes historiques de président des conseils des régions. En effet, les enjeux sont de taille dans la mesure où il leur incombe la grande responsabilité de matérialiser dans les faits la décentralisation, la gestion locale par et pour les populations. Cela nécessite à n’en point douté une expérience relevée dans le management des affaires publiques.

En course dans le Littoral

Sur la ligne de départ dans la région du Littoral, à forte démographie, se positionne le maire de la ville de Douala, Roger Mbassa Nadine. Candidat du RDPC, cet autochtone Sawa pourrait briguer le poste de président du Conseil de la région si l’on tient compte de la géopolitique locale. En effet, Bassa du département de la Sanaga Maritime, il appartient à un grand groupe sociologique de la région, constitué des « Mbo » dans le Moungo et des groupes minoritaires dans le Nkam. Déjà, il avait été élu à 235 voix contre 25 pour Jean Jacques Ekindi du Mouvement progressiste (MP), désormais militant du RDPC.

Candidat dans le Centre

Dans la capitale politique Yaoundé, l’ancien délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine, Gilbert Tsimi Evouna est annoncé dans la course à la tête de la présidence du Conseil région du Centre. Âgé de 76 ans, ce fils du département du Mfoundi avec 15 ans années passées à la tête de l’ancienne Communauté urbaine de Yaoundé, entend mettre son expérience à contribution face aux éventuels adversaires.

En lice dans l’Extrême-Nord

La candidature de l’ancien ministre, Zacharie Perevet au poste de président du Conseil Régional fait également écho. Fils du Mayo-Tsanaga, région de l’Extrême-Nord, ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle de 1992 à 2019, aujourd’hui âgée de 63 ans, il compte revenir en force après avoir perdu les élections municipales de février 2020 face à l’UNDP, parti majoritaire dans sa circonscription électorale.

Couleurs féminines

Selon nos sources, au moins trois femmes sont annoncées pour le poste de président du Conseil régional. Dans la Kadey, Françoise Angouing, l’unique femme présidente de la section RDPC, pourra remporter l’élection. Elle est connue pour sa lutte contre la pauvreté à travers l’établissement MC2, mutuelle communautaire de croissance à Batouri, région de l’Est. Elle en est la présidente du Conseil d’administration. Dans le Haut-Nyong, Anne Marthe Mvoto, l’ancienne journaliste de la Crtv est parmi les candidats du RDPC dans l’arrondissement d’Atok.

Une autre candidature féminine signalée, celle d’une juriste Lisette Elomo Ntonga à Soa, dans la Mefou et Afamba, région du Centre. Elle compte occuper l’unique siège de Conseil régional de l’arrondissement de Soa au poids politique important. Enseignante de Droit à la retraite, elle avait dirigé l’Institut des Relations internationales du Cameroun de 1993 à 1999.

Cette liste des visages bien connus de la scène publique, est loin d’être exhaustive. À l’observation, les listes sont hétérogènes. Seulement, le scrutin du 6 décembre 2020 devra se jouer sur des facteurs sociologique, poids politique et proximité avec la population locale.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.