Insalubrité dans les marchés : un coup de balai s’impose

C’est dans les marchés que la grande majorité des citoyens se ravitaillent en vivres. Pourtant, l’hygiène est un véritable problème ces jours ci dans les marchés de Yaoundé. Malgré les efforts des commerçants, le spectacle des déchets au Marché du Mfoundi retient l’attention. Yaoundé, marché du Mfoundi. Le marché Vip de la capitale. Situé en plein centre-ville, il est facile d’accès pour les ménagères et autres travailleurs. Un petit détour à la sortie du travail, et vous faites aisément vos courses. C’est dire que par sa localisation, le marché du Mfoundi est incontournable.

Pourtant, malgré sa clientèle sélecte, il se noie dans les ordures. Un espace semble aménagé pour recevoir les déchets collectés par les commerçants. Mais après, difficile de déterminer la suite du processus. Ce que nous voyons est assez impressionnant. Mais aussi alarmant. Car, au-delà de tout, nous sommes dans un lieu où sont vendus des aliments. Il doit donc être salubre.

D’après les commerçants, le ramassage d’ordures à cet endroit ne se fait pas de manière systématique. Pourtant, pour la santé des vendeurs et de leurs clients, ce ramassage devrait être régulier.

Regard

Julienne Nguene est la présidente des Bayam-sellam du marché du Mfoundi. Elle exprime son désarroi.

« Cela fait 28 ans que je vends dans les marchés. Depuis toujours, le Mfoundi est un marché exemplaire. Nous avons une organisation interne pour ce qui est de l’investissement humain. Nous faisons donc d’abord nous-mêmes la propreté, via notre Association des Volontaires pour le Développement (Avd). Chaque jour, très tôt le matin, nous balayons la route et les hangars. Les ordures, nous les déversons dans l’espace aménagé juste en face.

Malheureusement, cette situation crée de nombreux dégâts. Il y a quelques jours seulement, une forte pluie s’est abattue sur la ville. Elle a entrainé avec elle une bonne partie des ordures, ce qui a causé des inondations parce que ces déchets bouchaient la voie ».

marchés débordés

La présidente des Bayam-sellam pointe un doigt accusateur vers la société agréée de ramassage d’ordures ménagères. Pour Julienne Nguene, il s’agit d’un simple manque d’intérêt. Selon elle, il arrive même que des ordures soient ramassées dans d’autres marchés, et déversées sur le site du Mfoundi. Avant d’être débarrassées plus tard, au gré des humeurs de la compagnie de ramassage.

Vanessa Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.