Sécurité routière au Cameroun : les chiffres

Entre 2016 et 2017, on constate une réduction de 551 morts au cours d’accidents de la route. Ceci grâce aux actions conjointes du gouvernement et de la société civile, pour une meilleure sécurité routière.

 

La gendarmerie nationale fournit quelques données sur l’accidentalité au Cameroun. On apprend ainsi que 64% se font sur les routes bitumées et 36% sur les routes en terre. Sur la boucle Yaoundé-Douala-Bafoussam-Yaoundé, 46% des accidents font 50% de morts. D’où l’appellation « triangle de la mort ». Par ailleurs, 70% des causes des accidents sont humaines, 20% matérielles et 10% infra-structurelles. Les week-ends sont les moments les plus propices aux accidents de la route, avec un taux de 54%. Et les plus courants ont lieu entre 13h et 20h, soit un taux de 46%. L’opération « contrôle-surveillance-répression » de la gendarmerie nationale débute en juin 2011. Avec pour objectif une amélioration de la sécurité routière. Entre 2011 et 2017, les chiffres sont d’ailleurs encourageants :

2011 : 3522 accidents constatés faisaient 1588 morts

2012 : 3327 accidents constatés faisaient 1187 morts

2013 : 2997 accidents constatés faisaient 1160 morts

2014 : 3065 accidents constatés faisaient 1081 morts

2015 : 2896 accidents constatés faisaient 1091 morts

2016 : 2895 accidents constatés faisaient 1196 morts

2017 : 2344 accidents constatés faisaient 937 morts

Sensibilisation

A l’esplanade arrière du Palais des Sports de Yaoundé ce mercredi 27 juin, les visiteurs se pressent. Tous, curieux de découvrir ce que présentent les journées portes ouvertes de la sécurité routière. « Les accidents de la route causent énormément de dégâts, et j’ai déjà perdu des proches dans ces circonstances. Je pense que cet événement est un bon moyen de sensibiliser les usagers », confie un visiteur. L’événement organisé par le ministère des Transports, avec le soutien de la Banque Mondiale, vise en effet une amélioration du comportement sur les routes.

Les infractions et conséquences

Sur nos routes les infractions les plus couramment constatées sont les excès de vitesse ; les roues usées ou défectueuses ; les dépassements interdits ou dangereux ; le non port de la ceinture de sécurité et la conduite en état d’ivresse. Quand ils ne provoquent pas la mort, les accidents de la route laissent parfois de graves dommages physiques sur les victimes. Et justement, sur le site de cet événement de deux jours, on retrouve un stand de victimes. L’Association des personnes préférées (Adpp), dont la promotrice, Mirette Madage, a une jambe amputée. « Nous faisons dans la prise en charge psychologique des personnes amputées. Par expérience, je sais qu’il n’est pas évident d’accepter qu’on aura désormais un membre en moins. L’Adpp a donc pour mission d’accompagner les victimes d’accidents avant et après leur opération », assure-t-elle.

Egalement présents sur le site, des acteurs tels des auto-écoles, qui prônent la maîtrise du code de la route pour éviter les accidents. Des agences de voyages, les administrations, la police et la gendarmerie.

Vanessa Onana

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.