Présidence de la Fécafoot : 7 pour un fauteuil

Joseph Antoine Bell, Emmanuel Kessack Maboang , Frank Happi , Emmanuel Bissong Egbe ,Daniel Mongue Nyamsi et Patrick Hervé Tchinda sont ceux qui devront chacun à sa manière convaincre les 91 délégués de l’AG de ce 12 décembre 2018 pour prendre la tête de l’instance faîtière du football camerounais .

Ce sont 7 profiles différents , 7 projets pas semblables, 7 personnages atypiques avec un seul objectif : faire renaître le football camerounais de ses cendres.

Joseph Antoine Bell : “Retour au foot”

« JOJO » veut « refonder, fédérer et moderniser » le football camerounais. A 64 ans, l’ancien gardien de but des Lions Indomptables, vainqueur des CAN de 1984 et 1988 voudrait apporter sa méthode à la tête de la fecafoot pour donner un souffle nouveau au sport-rois en « berne » depuis quelque temps. Né à Moundé dans la région du Littoral, Joseph Antoine Bell est, depuis la fin de sa carrière footballistique, une voix porteuse dans le milieu en tant que consultant. Ses prises de position sur les sujets brulants du football camerounais l’ont souvent démarqué.

 

MBOMBO Seidou Nchouwah Njoya : « l’Homme de la situation »

En 2013, l’ancien responsable du protocole présidentiel à la Caf démissionnait de son poste de premier vice-président de la fédération camerounais de football. Seidou Mbombo Njoya qualifiait alors l’instance de « panier à crabes ».5 ans plutard, le prince de Foumban estime avoir cerné les contours de la chose et l’homme qu’il faut à la fédération pour sortir du joug de la mal gouvernance. Sa gouvernance justement, le Dirigeant de la Royal School academy du NOUN voudrait rétablir l’éthique à la fecafoot. Il compte également créer une permanence pour e suivi et la relation avec les binationaux entre autres.

 

Emmanuel Kessack Maboang : Pour la refonte

Sa bataille pour la refonte du football camerounais remonte à l’an 2013, début du « déclin » du football camerounais. L’ancien attaquant des Lions Indomptables (mondial 1990 et 1994) et et ancien joueur du Canon de Yaoundé, avait dans son mouvement de contestations déclaré : « ce que je désire plus que tout, c’est de voir le Cameroun en haut de l’affiche lors des grandes compétitions internationale et de sentir que nous nous donnons les moyens de construire et de réussir notre football ». L’élection à la tête de la fecafoot pourrait permettre à « PELE » de réaliser sa vision.

Frank Happi : Pour une fecafoot professionnelle

Le milieu du football national le connaît, la fédération camerounaise de football par conséquent. Le président de l’Union sportive de Douala ne passe pas inaperçu lorsque les Nassara sont selon lui « écorchés ». Frank Happi reproche à la Fecafoot, le manque de professionnalisme dans la gestion du football national et mise sur son expérience pour changer les choses.

Patrick Hervé Tchinda : Des footballeurs à l’abri des besoins

Être footballeur professionnel c’est un statut sérieux. Des footballeurs traînés dans la boue, mal payés, mal traités, Patrick hervé Tchinda n’en veut plus au Cameroun. Pour l’ancien footballeur et agent sportif il faut arrêter les malversations financières, instaurer une meilleur gouvernance, ce qui permettra aux footballeurs de « vivre de leur talent ». « Je vais trouver les moyens de relancer le football professionnel camerounais. Je peux débloquer deux milliards. Le football camerounais souffre de ces ressources », a-t-il déclaré le 30 novembre dernier en conférence de presse.

 

Emmanuel Bissong EGBE : « un football au sommet »

Il veut porter le football camerounais et ses valeurs hauts. Originaire de la région du Sud-Ouest et ex promoteur du Tonnerre Kalara club de Yaoundé, l’actuel vice-Président du TKC est à l’origine de la montée en élite one du club mythique de la cité capitale, absent depuis une quinzaine d’années. Comme pour cette bataille Emmanuel Bissong EGBE fait de la « délivrance » de la fecafoot, un combat sien. Sa force, la fédération des énergies, au-delà des querelles intestines, pour le seul rayonnement du football camerounais .son slogan : « Avec BISSONG EGBE, nous gagnons ensembles »

 

Daniel Mongue Nyamsi : « faire le football autrement »

De l’ambition pour le football camerounais, le natif de de Njombé en a à revendre. Sa force la réconciliation des acteurs du football pour atteindre ses objectifs. « On a rendu notre football compliqué, il faut qu’il redevienne une chose naturelle et normale pour tout le monde », a appuyé le plus jeune candidat à la présidence de la fecafoot. A 43 ans, Daniel Mongue Nyamsi espère réconcilier les acteurs du football qui selon lui sont « fatigués des bagarres ». Première expérience à cette course, celui qu’on considère comme outsider car n’appartenant à aucun clan, compte sur la clairvoyance du collège électoral ce 12 décembre pour lui permettre d’implémenter ses idées nouvelles.

Les élections se tiendront au centre technique de la Caf à Mbankomo .En attendant une session extraordinaire du conseil exécutif se tient en ce moment. L’évaluation de la gestion du Comité de normalisation au centre des débats.

Odeline Stella Mouazan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.