Journée du jeune cinéaste : valoriser le cinéma camerounais

Mise sur pied par la journaliste Maimounatou Bourzaka, la 2ème édition de « la journée du jeune cinéaste » entend offrir un cadre d’échanges entre les jeunes et l’industrie du cinéma.

C’est ce vendredi 08 février 2019 à Yaoundé que va se tenir l’Acte 2 du concept « La journée du jeune cinéaste » et déjà, Maïmouna Bourzarka, la promotrice de l’évènement est sur tous les fronts. Entre interviews, préparation des intervenants, conception d’affiche, etc., c’est à en perdre la tête. Et pourtant, malgré la pression, la journaliste âgée de 28 ans, est sereine. Le sourire dont elle seule a le secret ne l’a quitte pas. « Je ne dors même plus bien. Le téléphone sonne tout le temps. Il faut s’assurer que tout sera prêt le jour-J. Mais je suis fière d’organiser cette rencontre. Car en tant que jeune, le changement doit passer par moi. » nous confie-t-elle.

En effet, derrière cette journée, se cache une envie de voir changer les choses dans le secteur cinématographique au Cameroun. La consommation des œuvres made in Cameroun.

Pour cela, il est prévu :

– Un atelier d’apprentissage au cinéma d’animation pour les tous petits ;
– La projection des films produits et réalisés au Cameroun ;
– Une conférence-débat avec pour thème : « le marketing digital au service du cinéma camerounais ».
Au terme de chaque activité, une séance de questions-réponses est prévue. Ceci pour mieux outiller les uns et les autres.

Maïmounatou Bourzaka

Née un 28 août à Garoua dans la région du Nord, Maimounatou est passionnée de cinéma depuis sa tendre enfance. Après ses études supérieures à l’Ecole supérieure des techniques de l’information et de la Communication (Esstic) et l’obtention d’une Licence en Journalisme , elle entre dans le monde du travail. Elle passe 3 ans en tant que Community Manager pour le compte de l’Association Ecrans Noirs, puis est recrutée au pôle Web de la Société de presse et d’édition du Cameroun (Sopecam).

Très active sur les réseaux sociaux, notamment en ce qui concerne les actualités cinématographiques camerounaises, celle que ses proches appellent affectueusement « Maï » n’entend pas abandonner son projet de sitôt. En tout cas, malgré les difficultés, elle sait pouvoir compter sur ses amis du cinéma camerounais pour promouvoir cet art auprès du public jeune afin d’y susciter des vocations.

Jeanne Ngo Nlend

4 pensées sur “Journée du jeune cinéaste : valoriser le cinéma camerounais

  • 7 février 2019 à 15 h 50 min
    Permalink

    Bonjour

    Je tombe dessus, à l’instant,
    Belle initiative, beaucoup de courage à la promotrice et à toute son équipe.

    Seulement, je reste étonné quant au manque de suivi de la part du ministère de la culture, qui devrait être regardant sur le contenu et les calendriers des différents éventements artistique afin de mieux les accompagner.
    Ça aurait été un plaisir pour moi d’assister à ce festival mais, impossible, car il se déroule le même jour qu’un autre festival de cinéma, le festival KOMAN dans le ville de Dschang.

    Que le ministère à qui on déclare ces différents événements élabore un calendrier afin de permettre aux reporters et cinéphiles de pouvoir y assister.

    J’espère vivement que mon calendrier me permettra d’assister à la session prochaine.

    Courage

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.