le phénomène des coachs en developpement personnel

Défini par certains professionnels de ce corps de métier comme étant un processus d’accompagnement qui permet de se développer dans une dynamique du comment réaliser un projet », le coaching est tourné vers la motivation, le potentiel, et les ressources propres à chacun.

De plus en plus nombreux au fil du temps sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook, Youtube et aujourd’hui TikTok, les coachs de vie ou coachs en développement personnel traitant des sujets liés à la vie professionnelle, sociale et surtout sentimentale, ont le vent en poupe depuis quelques années, de par leur présence remarquée sur la toile.

 

Inspirer les autres par des mots

Coach Thierry Patrick, William Djamen, coach Stevy, Coach Hamond, etc., sont considérés au Cameroun, comme les pionniers de ce métier d’un nouveau genre.
Et pourtant, ce corps de métier est très répandu aux Etats-Unis où il est apparu dans les années 60 ainsi qu’en Europe. En effet, il est encore en pleine expansion en Afrique, où la forme la plus connue reste le coaching collectif.

C’est d’ailleurs par centaines, voire par milliers, que les internautes se connectent instantanément pour suivre les conseils de leurs coachs, sur un sujet annoncé en général quelques heures plus tôt.

Des internautes comme Hans Armel trouvent que le défilement rapide des commentaires et la faible l’interaction véritable est l’un des défauts de ces coachings personnels. « On peut certes y puiser les ressources pour affronter certaines situations et des problèmes existentiels, mais on consomme sans vraiment exprimer ses besoins particuliers », déplore-t-il.

Des débuts difficiles

Et certains coaches notamment les plus connus comme William Djamen, qui mobilisent des centaines de personnes dans des salles à travers des tournées sur le continent et en dehors, l’aventure n’est pas aussi heureuse pour tous.

La plupart de ceux qui officient sur Facebook, n’ont pas de cabinet, ni d’organisation professionnelle. Leur « stratégie » consiste à « créer de l’audience et dans cette audience susciter de l’intérêt » afin que cela se traduise en « demandes en coaching » par des personnes qui ont « besoin de se faire accompagner », explique Wilfried K, coach personnel depuis 5 ans. L’avenir nous dira.

 

Seulement deux cabinets de coaching en Afrique

La plupart des écoles qui forment en coaching sont basées en France, en Suisse, au Canada et aux Etats-Unis ».

La formation, qui peut se faire à distance, dure « entre un et trois ans par module » et est sanctionnée par une « certification ».

 

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.