#KumbaMassacre: le Minproff dénonce le crime

Ce 27 octobre 2020 à Yaoundé, de nombreux ministres du gouvernement, des membres de la société civile et des femmes ont crié ensemble leur peine et dénoncé avec des mots lors d’un événement conduit par le Minproff, l’assassinat des écoliers dans un établissement de Kumba, dans la région du sud-ouest du Cameroun.

 

Les populations ont clairement exprimé leur position à la suite du drame de Kumba de ce samedi 24 octobre 2020. C’était lors d’une cérémonie organisée par le Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff) et présidée par le Pr Marie Thérèse Abena, le ministre.

À cette occasion, la ministre a appelé à la fin des meurtres, affirmant que tout avait commencé avec des hommes et que les femmes et les enfants innocents sont désormais la cible principale.

Elle a raconté l’histoire du 16 juin 1976 lorsque Hector Peterson, 12 ans, a été tué sur le campus de son école lors du massacre de Soweto en Afrique du Sud et rappelé que sa mort a conduit à la proclamation de la Journée de l’enfant africain à cette date.

Cette fois-ci, elle a pleuré. ” Des jeunes enfants innocents âgés de 10 à 12 ans, ont été arrachés à la vie de la manière la plus abjecte et inhumaine. A ce jour, le bilan qui pourrait s’alourdir fait état de 7 victimes”, a t-elle dit dans un sanglot.

Et alors qu’elle présente ses condoléances aux familles endeuillées, Marie Thérèse Abena Ondoa, la Minproff a prié pour le rétablissement rapide des personnes à l’hôpital. Elle a également appelé à une manifestation de solidarité envers les habitants de Kumba et des enfants qui ont pu être témoins des meurtres ou avoir vu des images sur les réseaux sociaux.

L’éducation, un bien pour l’avenir

Le Minproff a regretté cette acharnement sur des enfant en quête de savoir. Surtout que l’on sait que l’éducation est un puissant agent de changement qui améliore la santé et la qualité de vie. Ceci tout en contribuant à la stabilité sociale ainsi qu’au développement économique et culturel d’une société.

Pour la Minproff, il parait évident aujourd’hui que certains insurgés déguisés en pseudo défenseurs de la cause des populations des régions du Noso restent indifférents à la main tendue du Chef de l’Etat lors de son discours de circonstance le 10 février 2020.

Prier sans cesse

Au cours de la cérémonie, les personnes présentes ont prié DIEU de bien vouloir mettre fin à la crise dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun. Des chants ont également été chantés à la mémoire des enfants décédés et pour encourager les Camerounais à rester forts face à ce triste événement.

 

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.