Un nouveau-né sans jambes ni bras à Bare Bakem

6e enfant de sa mère, il serait victime du syndrome de Tétra Amélie. La mère n’a pas fait les visites prénatales et les échographies qui auraient révélé la malformation plus tôt.

https://m.facebook.com/CRTVweb/photos/a.1736249916614004/2738372153068437/?type=3&source=48

Ce nouveau né souffre donc de Tétra-Amelie. Bien qu’extrêmement rare, cette maladie caractérisée par l’absence des quatre membres du corps humain demeure préoccupante car fortement handicapante.

 

Une dénomination romantique pour une malformation congénitale grave. Les enfants atteints du syndrome de  “Tétra-Amélie” sont donc contraints de faire face, toute leur vie durant, à une absence complète ou partielle de leurs membres.

 

Un handicap diffilement surmontable auquel s’ajoute le regard de la société. Les victimes, de ce fait, souvent qualifiées de sorciers et autres totems. Que non. Une explication scientifique apporte pourtant tout l’éclairage nécessaire pour mieux comprendre le mal.

 

Définition et caractéristiques

 

Selon le Dr Fabrice TCHINDE TOUSSI , médecin de Santé Publique au ministère de la Santé, il s’agit là d’un mal bien connu de la médecine et qualifié de “maladie congénitale automatique récessive. Il rappelle cependant qu’elle reste très rare, 1 grossesse sur 71 000 serait à risque. Seulement, ajoute-t-il, il est souvent associé à de sévères  malformations d’autres parties du corps tels que la face et la tête, le cœur, le système nerveux, le squelette et l’appareil génital. Le plus souvent, les poumons sont sous-développés  Ce qui rend la respiration difficile, voire impossible. C’est ce qui explique d’ailleurs, selon lui, le risque de survie faible après la naissance.

 

Les causes

 

La survenue du syndrome de “Tétra-Amélie”, dont l’hérédité est avérée, s’explique selon le médecin , par la mutation d’un gêne (WNT3) situé sur le chromosome humain “17q21” chez les personnes atteintes. Or ce gêne joue un rôle essentiel dans le développement avant la naissance.

 

La mutation ainsi opérée empêche aux cellules de produire la protéine fonctionnelle impliquée dans la formation des membres et d’autres  systèmes corporels au cours du développement embryonnaire.

 

La prévention

 

Prévenir le syndrome de “Tétra-Amélie”, revient selon ce docteur, à appliquer les mêmes mesures de prévention que pour toute maladies congénitales ou héréditaires.

Les consultations pré-conceptionnelles ou prénuptiales s’avèrent donc d’une importance particulière. A défaut, la femme enceinte doit systématiquement se soumettre aux consultations prénatales dont l’un des objectifs est de veiller sur le développement du fœtus.

 

Aline NGUINI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.