Numérique: l’Union africaine investit dans la jeunesse.

L’annonce été faite ce 11 janvier 2021 à Yaoundé par la Commissaire de l’Union Africaine chargée des ressources humaines, de la science et de la technologie. Pr. Sarah Mbi Enow Anyang Agbor effectuait une visite de travail au campus de l’Institut Africain d’informatique (Iai).

 

Pour le Pr. Sarah Mbi Enow Anyang, l’avenir de l’Afrique repose en grande partie entre les mains des jeunes. la Commissaire de l’Union Africaine chargée des ressources humaines, de la science et de la technologie rappelle en effet que 75% de la population du continent est âgé de moins de 35 ans. D’où l’engagement de la commission de l’Union africaine, à placer la jeunesse au centre de ses programmes et politiques.

Programme jeunes

“La jeunesse africaine a toujours démontré sa passion pour le changement et le développement, en proposant des solutions innovantes aux problèmes séculaires de l’Afrique”, affirme la diplomate. Alors que cette jeunesse est ainsi appelée à briller davantage par son esprit de créativité, Pr. Sarah Mbi Enow Anyang Agbor affirme qu’ils sont conscients de la responsabilité qui incombe aux décideurs de créer des environnements favorables à l’épanouissement des jeunes.
Ainsi, elle relève que dans la Charte de la jeunesse africaine, figure notamment, le Plan d’action africain pour l’autonomisation des jeunes (APAYE), de même que le projet phare qui est l’initiative 1 million d’ici 2021. Tous visent, poursuit-elle, à fournir à la fois des cadres politiques et des opportunités concrètes pour autonomiser nos jeunes.

Des jeunes qui, selon elle, devraient résolument s’incrire dans la mouvance de la digitalisation, incontournable au moment où le télétravail s’impose pour une riposte efficace contre le coronavirus.

Apport de l’Iai

Dans ce sens, la Commissaire de l’Union Africaine affirme que l’Iai fait figure de proue. Lui qui s’est engagé depuis des années maintenant à accompagner les jeunes dans la création des emplois en les formant aux métiers de l’informatique. S’adressant d’ailleurs aux étudiants de nationalités différentes en formation dans cet établissement, elle leur a demandé de mettre à profit les connaissances ainsi acquises pour le développement de leurs pays respectifs. Ceci en intégrant les exigences de l’heure liées à la gestion de la pandémie de la Covid-19.

Prenant la parole, le Représentant Résident de l’Iai-Cameroun s’est dit flatté et réconforté par le choix porté sur sa structure pour servir d’exemple. Armand Claude Abanda a affirmé que ces étudiants sont fiers du label “IAI” et que l’Afrique peut compter sur eux. Cependant, a-t-il ajouté, ils aimeraient aussi pouvoir compter sur ce haut fonctionnaire originaire du Cameroun, “Parce que vous avez la capacité d’ouvrir les portes au sein de l’UA”, a-t-il dit.

Engagement pris par cet hôte qui, à son tour, a sollicité pour un meilleur accomplissement de cette tâche, l’accompagnement des partenaires des secteurs public et privé. Elle leur demandera notamment de soutenir le programme de la Commission de l’Union Africaine sur la science, l’éducation, la formation technique et professionnelle, l’innovation et l’entrepreneuriat des jeunes, l’emploi et l’innovation.

Aline Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.