Bons vins et liqueurs, comment reconnaitre?

Le ministre du Commerce annonce une campagne de sensibilisation. Il était déjà en campagne de contrôle de la qualité des vins et liqueurs dans les boites de nuit et cabarets à Yaoundé ce weekend.

Le ministre du commerce a fait des descentes inopinées dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 février 2021. Il a visité certains lieux de loisirs nocturnes à Yaoundé. Il s’agit notamment du Bliss, du Black and White, du Bunker, du Katios et du Boukarou. A chaque étape, Luc Magloire Mbarga Atangana a d’abord exigé la présentation des liqueurs et vins servis aux clients. Aux cotés des équipes de contrôle du ministère du Commerce, il y avait aussi des forces de l’ordre. La visite du ministre a pourtant reçu un accueil très favorable dans les établissements de loisirs. Le gérant d’un cabaret situé au centre-ville de Yaoundé a clairement dit « Monsieur le Ministre, ce que vous faites est bien pour notre business. Il faut donc rassurer. Pour attirer les clients, il faut garantir la qualité des produits ».

une campagne de sensibilisation

« Si les consommateurs  consomment de mauvais produits, ils seront malades. Il ne faut pas  qu’après le ministre les choses changent. Celui qui sera pris, on ferme franchement », a affirmé le ministre du commerce à la fin de certaines étapes. Contrairement aux renseignements, il y avait des vins et des liqueurs de bonne qualité sur les sites visités. Un seul établissement a reçu une mise en demeure. Il s’agit d’une confusion de vignettes à apposer sur les bouteilles. Dans le même établissement, on a déploré le non-respect des règles d’hygiène. Pour le ministre du Commerce, les contrôleurs vont déjà définitivement s’installer sur le terrain.  Luc Magloire Mbarga Atangana annonce aussi une campagne de sensibilisation sur le thème « Comment reconnaitre un bon vin ».

vins et liqueurs, mauvaise passe ?

Les trois derniers mois avaient déjà offert aux camerounais une image inquiétante sur l’offre de vins et liqueurs. Les forces de l’ordre ont ainsi démantelé plusieurs réseaux de contrefaçon des liqueurs. La certitude d’une forte prolifération des vins et spiritueux de qualité douteuse circule au sein de l’opinion. Loin de ses occupations habituelles, le ministre du Commerce met en avant l’enjeu sanitaire. Mais l’enjeu économique semble plus important. Le marché des boissons alcoolisées a aussi un impact fort sur la vie nationale. Les défaillances de quelques brebis galeuses ne sauraient donc ternir l’image de ce secteur structurant de l’économie.

Elvis Mbimba

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.