CNJC: le Bureau exécutif reste imperturbable

Le Conseil national de la Jeunesse du Cameroun (CNJC) mène ses activités sereinement, malgré l’annonce de la dissolution dudit Bureau exécutif par l’un des membres, André Marie Dibamou le 17 mars 2021.

 

Tensions de leadership à la tête du Conseil national de la jeunesse du Cameroun. À la date du 17 mars 2021, André Marie Dibamou, délégué au compte du bureau exécutif régional de la région du Centre, annonce dans un communiqué la dissolution du bureau en place. Selon lui, cette décision a été prise au cours d’une assemblée générale extraordinaire tenue par vidéo-conférence le 15 mars. Donc pour lui, la présidente Fadimatou Iyawa Ousmanou, « n’a plus qualité ni habilité à agir au nom du CNJC ». Or, le mandat de l’actuel Bureau exécutif national du CNJC s’achève le 18 avril 2021.

Version du Bureau exécutif

Selon le secrétaire général du CNJC, « Les motivations d’André Marie Dibamou, il faut les trouver dans le contexte de fin de mandature du bureau exécutif national actuel ». « Il y a de nombreux jeunes qui sont dans des stratégies de positionnement afin de se faire remarquer pour qu’au moment venu, qu’ils bénéficient de la sympathie et partant de la possibilité d’avoir la voie de certains électeurs », indique Vatvoumtsia. « Aucune assemblée générale extraordinaire ne s’est tenue le 15 mars 2021. Car, la tenue d’une telle assise est régie par les articles 19 des statuts et 19 alinéa 9 du règlement intérieur du CNJC et implique obligatoirement la saisine au préalable du président du CJNC», précise Fadimatou Iyawa Ousmanou, présidente du CNJC.

Résolutions

Pour le cas André Marie Dibamou, « le Bureau exécutif national du CNJC a saisi la Tutelle technique, le Ministère de la Jeunesse pour que des sanctions disciplinaires soient prises à l’endroit de cet individu qui ternit délibérément l’image du CNJC, instance faîtière des associations et mouvements de jeunesse », souligne le secrétaire général du CNJC. À l’issue de la réunion tenue le 19 mars 2021, le Bureau exécutif du CNJC a également décidé que:

– André Marie Dibamou soit convoqué au Conseil de discipline au niveau de la région et cela peut aller jusqu’aux poursuites judiciaires,

– mandat a été donné à la présidente Fadimatou Iyawa Ousmanou, d’accélérer la procédure de déblocage des fonds octroyés par l’Etat à la CNJC et que des sous-comptes courant postaux soient attribués à l’ensemble des 360 bureaux exécutifs communaux,

– la convocation dans un bref délai d’une Assemblée générale à l’effet de réviser les textes régissant le fonctionnement du CNJC.

Ce sera peut-être l’occasion de restaurer définitivement l’ordre dans la maison.

@Dieudonné Zra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.