OCEACP: l’ère du concret

  Le 5 avril 2021, l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, (OEACP) se réjouit du multilatéralisme, première réalisation marquante du nouveau SG  du groupe, le diplomate angolais et professeur des Relationsinternationales, Georges Rebelo Pinto Chikoti.

 

Georges Rebelo Pinto Chikoti a été installé dans ses fonctions le 2 mars 2020 à Bruxelles en Belgique. Soit, la mutation de l’institution  transcontinentale en une organisation dont les mécanismes et le fonctionnement sont désormais orientés selon le paradigme du multilatéralisme. La matérialisation de ce rêve nourrit plusieurs décennies durant, émane des résolutions fortes du groupe à l’issue du neuvième sommet des chef d’Etats membres au mois de décembre 2019 à Nairobi au Kenya en Afrique de l’Est. La manifestation réelle de cette transformation se traduit au jour d’Hui par la nouvelle désignation de l’institution. ACP se lit dorénavant OEACP avec toutes les incidences juridiques inhérentes à cetteconfiguration modifiée. A cette évolution s’ajoutent d’autres progrès effectués malgré l’adversité due à la survenue inattendue et déroutante de la pandémie à Coronavirus, notamment:

– l’entrée en vigueur de l’Accord de Georgetown révisé, 

– l’organisation du tout premier sommet intersession des chefs d’Etats et de Gouvernements et la conclusion d’un accord politique sur le future accord OEACP-UE post Cotonou.  

Effets du Coronavirus

COVID 19 a certes ralenti l’exécution de l’agenda du secrétariat que chapeaute Chikoti. Résilience oblige, les travaux du groupe s’opèrent en distantiel malgré les fuseaux horaires diversifiés.  En 2021 rien n’arrêtera les projections prévues en l’occurrence, la mise en œuvre de l’accord de Georgetown révisé, la finalisation et la signature de l’accord post Cotonou la diversification des partenariats autant qu’au renforcement des actes et à l’esprit de solidarité entre les peuples des trois continents concernés. Georges Rebelo Pinto Chikoti et son équipe entendent s’appuyer sur deux outils pour réaliser les objectifs clés dans l’optique du développement durable. Il s’agit dans un premier lieu du programme de développement durable à l’horizon 2030 et de l’accord de Paris sur les changements climatiques par ailleurs.

Le Cameroun répond présent

Le Cameroun compte parmi les 79 pays membres et contribue ardemment à l’atteinte des objectifs de l’OEACP. La participation active aux réflexions du comité des ambassadeurs au siège de l’institution à Bruxelles comme au conseil des ministres en sont quelques illustrations. A jour dans ses cotisations auprès de l’organes Yaoundé démontre sa détermination et sa foi en ce groupe avec la ratification récente de l’accord de Georgetown. D’ailleurs le parlement camerounais a débattu et réitéré la conviction du pays aux principes et actions communautaires de l’organe transcontinentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.