La vie reprend progressivement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest

Depuis 2020, on assiste à une revitalisation de l’économie locale, la réhabilitation des infrastructures essentielles et un retour progressif des populations dans les hôpitaux écoles et commerces dans les deux régions.

La 3ème session du Comité de Pilotage du Plan Présidentiel de Reconstruction et de Développement des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (PPRD-NO/SO) qui s’est tenue à l’auditorium des Services du Premier Ministre à Yaoundé, ce 16 septembre 2021, était l’occasion d’avoir de bonnes nouvelles.

Après 2019, la tendance dans le NOSO a changé. Alors que la production du cacao, de la banane avait drastique baissé et que les écoles et hôpitaux se sont vidées au cours de cette année noire, 2020 affiche un tableau plus reluisant.

Le rapport d’activités 2020-2021 du PPRD-NO/SO présente de nombreuses initiatives menées dans le sens de l’apaisement et la cohésion sociale. Plus concrètement sur le terrain, des championnats de vacances, des initiatives jeunes et autres activités ludiques et récréatives. La tenue des ateliers de concertation et la réhabilitation des centres polyvalents pour femmes et jeunes, ont suivi.

En partenariat avec la Coordination Nationale, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a mis en œuvre des projets de reconstruction par le biais de certaines institutions religieuses implantées localement. Des conventions ont donc été signées pour la réhabilitation des infrastructures scolaires et sanitaires affectées par la crise. Montant total de l’enveloppe, 1,5 milliard de FCFA.

La revitalisation de l’économie locale a été un des axes de travail des 12 derniers mois pour le COPIL (Comité de Pilotage). De potentiels bénéficiaires ont été ciblés en vue d’une disposition des appuis au 4e trimestre 2021. Il a s’agit sur le terrain de :

  • Constituer une base de données exhaustive et nominative des pertes enregistrées dans les deux régions depuis le début de la crise,
  • Obtenir un financement de près d’1,5 milliard de FCFA pour la réhabilitation de 9 centres de santé et de 11 systèmes d’adduction d’eau dans le département du Fako
  • Sélectionner les communes chargées de conduire la phase pilote de mise en œuvre du PPRD.

Sur les 89 milliards FCFA définis pour ce Plan de Reconstruction, seulement 10,4 milliards FCFA ont pu être mobilisés. La somme mobilisée a été acquise comme suit: PNUD, partenaire technique du gouvernement pour le PPRD, 1,5 milliard FCFA ; le gouvernement japonais près d’un milliard et demi et 8,9 milliards de FCFA du gouvernement camerounais en guise d’enveloppe initiale.

Un appel à plus de participation de la part des partenaires techniques et financiers est fait par le Comité de Pilotage. Une manifestation d’intérêt qui au-delà des finances, sans lesquelles agir est presqu’impossible, est une déclaration de solidarité envers le gouvernement. C’est envoyer le signal fort que l’on est contre la division du Cameroun.

 

Projections 2021-2022

Sur la base de ce rapport encourageant, le COPIL a présenté au cours de cette séance les ambitions qu’elle se fixe pour les prochains 12 mois.

En ce qui concerne la cohésion sociale :

  • La mise en place de réseaux pour la paix
  • L’organisation des événements socioculturels
  • L’appui à la reconstruction des pièces perdues
  • La réhabilitation des centres communautaires pour femmes et jeunes

En ce qui concerne les infrastructures :

  • La mise à disposition des kits de reconstruction pour les maisons
  • La réhabilitation des écoles, centres de santé, routes et ponts et des systèmes d’adduction d’eau

En ce qui concerne l’économie locale :

  • La relance des activités génératrices de revenus
  • Le soutien aux coopératives agricoles
  • Le soutien aux caisses communautaires d’épargne
  • La réhabilitation des infrastructures productives

L’accent sera davantage mis sur le renforcement de la stratégie de financement et l’appui aux collectivités territoriales décentralisées dans les deux régions concernées.

L’état de santé des régions en crise

Il est indéniable que la crise ait eu des répercutions négatives sur les activités économiques, l’accès aux services sociaux de base. La production agricole a été particulièrement affectée par le climat social et sécuritaire. Cependant, l’année 2020, l’a fait savoir le Coordonnateur national Plan de Reconstruction, Paul Tasong, marque une inversion à la baisse avec une reprise palpable des activités économiques sociales et ludiques. Bien qu’il reste beaucoup à faire, on assite à une hausse certaine des indicateurs de progression dans les secteurs d’activités prioritaires. La CDC qui n’avait pas exporté un seul doit de banane en 2019 en a exporté 12 tonnes en 2020. Bien loin de la production habituelle mais encourageant. Les médecins ont repris le chemin des formation sanitaires. Le COPIL parle de 115 contre moins de 70 sur les 170 que les régions avaient avant la crise.

Le PPRD-NO/SO en bref

Avec la crise dans les deux régions concernées depuis fin 2016 et en dépit des différentes réponses du gouvernement aux revendication faites par les syndicats d’enseignants et d’avocats, une radicalisation est observée. Conséquence : un ensemble de structures sociales détruites. Les écoles, les routes, les hôpitaux et les hôtels entre autres ont subi la fureur des groupes armés. Il était plus que vital de mette sur pied un Plan capable de permettre aux populations de recommencer à vivre « normalement ». Un ensemble de missions a été donné à cet outil :

  • La réhabilitation et l’aménagement des infrastructures de base
  • La promotion de la cohésion sociale
  • La revitalisation économique

Depuis 2020, date d’entrée en exécution du Plan, une équipe a été désignée pour conduire les travaux :

  • Coordonnateur national : Paul Tasong (Ministre délégué auprès du MINEPAT)
  • Coordonnateur adjoint : NJONG Donatus FONYUY
  • Co-présidents des comités régionaux de suivi : Adolphe LELE L’AFRIQUE (Gouverneur du Nord-Ouest) , Bernard OKALIA BILAI (Gouverneur du Sud-Ouest)
  • Co-présidents du COPIL : Confiance Balungeli Ebune (Premier Ministère) et Jean Luc Stalon (PNUD)

Danielle Mouadoume B.

Danielle Mouadoume

Laisser de bonnes traces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.