L’AUF promeut des formations adaptées à l’emploi

C’est l’un des axes de réflexion de la Semaine mondiale de la Francophonie scientifique ouverte du 21 au 24 septembre 2021 à Yaoundé.

 

Une semaine pour mener une série de réflexions relatives à l’avenir de la Francophonie scientifique pour les quatre prochaines années. Le regroupement de 68 chefs d’institutions universitaires issus de 9 pays membres de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) parmi lesquels le Cameroun, se tient dans un contexte marqué par le Coronavirus. D’où la tenue des échanges par visioconférence associant les participants de Bucarest en Roumanie où était initialement prévue cette semaine mondiale de la Francophonie scientifique.

Insertion socio-économique des apprenants

La semaine mondiale de la Francophonie scientifique permet aux participants d’adresser les problématiques de l’innovation, de la culture numérique et surtout l’accompagnement des étudiants et des enseignants pour le développement de la recherche. Il est surtout question pour les experts de proposer des programmes de formation adaptés aux besoins des marchés d’emploi, tant en Afrique centrale qu’ailleurs dans le monde. D’où la question de fond du Livre Blanc: Quels sont aujourd’hui les besoins et les priorités de la communauté scientifique francophone ?

Au programme….

Ce regroupement régional des responsables de l’Enseignement supérieur, comporte plusieurs activités:
– la 18e assemblée générale de l’AUF;
– les 1ères assises de la Francophonie scientifique;
– la présentation du Livre Blanc de la Francophonie scientifique faite ce 21 septembre;
– La conférence des ministres francophones de l’Enseignement supérieur et de la recherche;
– les célébrations du 60e anniversaire de l’AUF.

Participants

Le programme du 22 septembre prévoit à Yaoundé une thématique en débat: «Employabilité et entrepreneuriat et des étudiants en Afrique : mutualisation des expériences et perspectives de partenariat, Présentation par l’AUF des projets SAFIR et SALEEM, et de la mise en œuvre du statut de l’étudiant entrepreneur en Afrique centrale ». À cela s’ajoute la conférence à huis-clos des ministres de l’Enseignement supérieur des États de l’Afrique centrale et Grands Lacs.

L’AUF Afrique centrale et Grands Lacs compte 103 établissements membres dans 13 pays.

Dieudonné Zra (@zra_dieudonne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.