Cybercriminalité : un chant pour limiter les dérives

Une chanson pour sensibiliser davantage sur les dangers liés à cette activité répréhensible sur internet a été présentée ce 19 octobre au ministère des Postes et télécommunications.

“Stop cyber crime” c’est le titre de ce “chant de ralliement” qui a vu le jour grâce à un collectif de chanteurs mené par Ateh Bazor, chanteur et président de la SONACAM.

Origine

Prenant la parole, Ateh Bazor a voulu s’apesantir sur l’origine de cette chanson qui regroupe des artistes des 4 aires culturelles du Cameroun à savoir : Ateh Bazor, Isnebo, Sanzy Viany et Annie Anzouer. L’Ambassadeur de bonne volonté pour la cybersécurité , dira ainsi qu’il s’agit d’une initiative citoyenne qui a pour objectif d’accompagner les pouvoirs publics dans cette campagne nationale, pour la promotion de la culture de la cybersécurité et sensibilisation à l’usage responsable des réseaux sociaux, engagée depuis 2020 au Cameroun.
À travers cette chanson, ils espèrent toucher les âmes et sensibiliser les cœurs des populations, a-t-il affirmé. Car, pense-t-il, beaucoup s’égarent par ignorance. D’où son appel aux journalistes de bien vouloir faire passer le message afin d’atteindre le plus grand nombre.

Satisfecit

Une initiative louée par la ministre des postes et télécommunications, qui a salué cette “précieuse contribution” et qualifié cette chanson dont le clip a été projeté séance tenante, de galette musicale. Minette Libom Li Likeng a exprimé sa satisfaction vis à vis de ce chant de “ralliement” dont l’objectif est de convaincre le public d’adhérer à cette cause, en dénonçant et en transmettant un message d’espoir face aux dérives constatées qui sont entre autres: la diffamation, les fakes news, la menace du vivre-ensemble et au-delà, la stabilité de notre pays.
A travers des messages évocateurs comme, “Ne détruisez pas mon pays à cause d’internet” car “c’est la prison, faites attention “, la ministre salue cette façon de promouvoir la culture de la cybersécurité et le sens de responsabilisation des réseaux sociaux. Elle a dit espérer que ce message atteigne toutes les couches sociétales dans cette lutte contre la cybercriminalité et la cyberdélinquance.

Aline Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.