Publicité: redorer son blason au secteur

C’est l’une des recommandations de la 1ère session ordinaire du Conseil national de la publicité présidée le 17 décembre à Yaoundé par le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi.

 

 

Mettre fin à l’anarchie et à l’amateurisme dans le domaine de la publicité au Cameroun. Le sujet a fait l’objet de longues discussions entre les participants à la 1ère session ordinaire y relative tenue vendredi dernier. Comme en journalisme, les professionnels sont unanimes que le secteur de la publicité nécessite de l’ordre et des règles de fonctionnement reconnues et respectées par les pairs. Pour relever ce défi, le Conseil national de la Publicité (CNP) s’engage à assainir les mauvaises pratiques telles les que les affichages inappropriés.

Recommandations

Le ministre de la Communication a invité les différents acteurs à mener une série d’activités pour redonner ses lettres de noblesse au secteur de la publicité. René Emmanuel Sadi suggère de lancer des campagnes de sensibilisation pour une meilleure connaissance des lois et règlements régissant le secteur. Cette recommandation fait suite à plusieurs manquements, en particulier le mépris des résolutions du CNP pour 2017 et 2018. Aussi le patron de la Communication s’insurge-t-il contre le refus de certains annonceurs de se soumettre à l’obligation de faire signer leurs campagnes d’affichage par des agences conseil agréées. Idem pour le problème d’identification des panneaux d’affichage par les régisseurs. En plus, il leur est reproché le relais de messages en porte à faux avec les exigences de décence et de respect des bonnes mœurs.

Aux annonceurs…

Le ministre de la Communication les exhorte à prendre leur place en allant au-delà du seul rôle de prescripteurs. En effet, cela permettra de contribuer au respect des attributions reconnues aux acteurs de la chaîne publicitaire. Quant aux agences conseil, la préoccupation est liée à l’éthique de production des messages. René Emmanuel Sadi les appelle à « toujours garder à l’esprit leur mission d’éducation des masses et de promotion de nos valeurs sociales », tout en tenant compte des spécificités culturelles. Concernant les régisseurs, ils devraient « poursuivre et parachever l’identification des panneaux pour faciliter leur traçabilité ».

Finalisation du cadre juridique

L’engagement a été pris par le ministre de la Communication d’aller jusqu’au bout de ce processus. Il en est de même pour la réflexion sur la transformation numérique. L’application effective de ces recommandations passe par le travail en synergie de tous les acteurs de la chaîne publicitaire. Au Cameroun, 94 régies publicitaires et 56 agences conseil disposent des agréments pour la période du 1er janvier au 31 décembre 2021.

Dieudonné Zra (@zra_dieudonne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.