Liv’s Night Club : plusieurs morts dans un incendie

L’accident est survenu vers 2h30 du matin contre toute attente dans cet espace culturel de Yaoundé. Les blessés ont été immédiatement conduits à l’hôpital Central tandis que les corps des personnes décédées ont été déposés à la morgue de l’hôpital militaire d’Ekounou.

C’est exactement vers 2h30 que l’incendie se serait déclaré au complex Liv’s, lieu anciennement appelé Yaoba au quartier Bastos. Selon le communiqué rendu public par le Ministre de la communication, des déflagrations issues des feux d’artifice habituellement utilisés par la boîte de nuit sont à l’origine de l’accident.

Quelqu’en soit la cause, Yaoundé a été le théâtre d’une explosion suivie d’un grave incendie qui a fait selon les déclarations du Ministre de la communication, au moins 16 morts et une dizaine de blessés. Parmi les morts, des habitués de la boîte de nuit sinistrée et quelques personnes qui y travaillaient. Une serveuse qui aurait tenté d’éteindre l’incendie, de même que le DG du Liv’s et l’agent de sécurité sont comptés parmi ceux qui auraient trouvé la mort sur le champ. Sur internet, les images liées au drame sont horribles, elles défraient la chronique.


Le ministre d’Etat, Secrétaire général de la Présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, le ministre de l’administration terrritoriale et de la décentralisation, Paul Atanga Nji, le ministre de la santé, Manaouda Malachie et son homologue de la communication, Emmanuel Sadi, se sont immédiatement rendus sur les lieux de l’accident. Après quelques renseignements d’usage, les membres du gouvernement ont fait état de la grande compassion du Président de la République pour les familles endeuillées. Le Chef de l’Etat a ordonné une prise en charge totale des personnes blessées et en soins intensifs, autant que des frais d’inhumation de celles qui ont trouvé la mort dans ce regrettable accident.


En attendant la reconnaissance par le famille des sinistrés, une enquête a été instruite par le Chef de l’Etat, Paul Biya. Elle viendra établir les responsabilités afin que l’on sache exactement ce qui s’est passé. Pour le moment, la piste  terroriste n’est pas à considérer, on pense plutôt à une négligence de la part des tenanciers.

Rappelons que ce samedi 22 janvier à la veille de l’accident, la journée était à la pause dans les compétitions de la CanTotalEnergies2021 qu’accueille les Cameroun. Au moment de l’explosion qui a eu lieu à Bastos, plusieurs camerounais attendaient dans tout le pays, devant leur écran, le combat du champion du monde des poids lourds à l’UFC, Françis Ngannou. Entre la reprise de la CAN et la victoire de Ngannou qui a réussi à conserver son titre, l’explosion de cette nuit est d’un goût amer pour les Camerounais.

André Ottou (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.