Innovation numérique: les lauréats boostés

Les gagnants sont pour la plupart, chefs d’entreprise ou en voie de l’être grâce au soutien du ministère des Postes et télécommunications (Minpostel).

 

Depuis trois ans, le ministère des Postes et télécommunications lance un concours national du meilleur projet TIC à l’effet de dénicher des talents à même de booster l’innovation numérique. Placée sous le patronage du chef de l’Etat, l’initiative est ouverte aux jeunes camerounais porteurs des projets innovants dans le domaine du numérique. Cette année, la 3e édition

du concours national du meilleur projet TIC est placée sous le thème: « Cybersécurité et Innovation numérique : quels défis pour la jeunesse camerounaise». 15 projets ont été présélectionnés par le Jury. La cérémonie de remise des prix aura lieu le 18 mars à Yaoundé en présentiel et par visioconférence.

Nouvelle vie des anciens lauréats

Ils sont une vingtaine de lauréats à travailler à leur propre compte et à employer d’autres jeunes. C’est le cas d’Adamou Nchange Kouotou et Dorothée Mvondo, 1er prix du concours du meilleur projet TIC 2019. Ils ont déjà créé le projet et obtenu un crédit de financement. En effet, il s’agit de Agrix Tech, une solution basée sur l’intelligence artificielle intégrant les langues africaines et permettant  de diagnostiquer et de détecter les maladies des plantes au stade primaire. Elle propose également  les traitements à mettre en œuvre et les recommandations de prévention. À Yaoundé, leurs locaux sont situés à Biyem Assi. Agrix Tech a élargi ses activités et fait aussi dans le suivi technique et de crédit.

Projet E-Waste 3D Printer

E-Waste 3D Printer est une mprimante 3D, cette solution a été conçue avec des composantes électroniques recyclées dans le but de rendre le produit abordable pour la plupart des établissements d’enseignement.

C’est Nzometiah Nervis Tetsop qui en a obtenu le prix à l’issue du concours national de l’innovation numérique 2020. Avec le soutien du ministère des Postes et télécommunications, le promoteur a pu avoir une connexion Internet pendant 6 mois. Aussi, il a pu louer un bureau, un espace de travail et acheter du matériel sophistiqué pour développer et faire évoluer le projet. Aujourd’hui, il  travaille avec d’autres partenaires pour parfaire le prototype en un produit qui ira directement sur le marché.

Dans cette optique, il sollicite l’appui en outillage technique, machines, et les finances pour mettre en œuvre le produit.

À l’observation, le Cameroun regorge de nombreux talents dans le domaine comme dans d’autres secteurs d’activités, qui ne demandent qu’à être appuyés financièrement et matériellement par les autorités compétentes et d’autres partenaires au développement.

Dieudonné Zra (@zra_dieudonne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.