#20Mai2022: honneur aux forces de défense

Le thème de la célébration du 50e anniversaire de l’Etat unitaire en est un symbole.

« Forces de défense et de sécurité au service du peuple, pour la préservation de la paix sociale et de la cohésion nationale, gage de l’émergence du Cameroun ». C’est le thème retenu pour ce jubilé d’or de l’État unitaire qui a vu le jour le 20 mai 1972.

Des missions bien remplies

En 50 ans d’unité nationale et malgré quelques vicissitudes, la Nation est restée debout. Non seulement grâce au sentiment d’appartenance à une et même Nation temoigné par les enfants de la mère patrie, mais aussi grâce à l’abnégation des forces de défense et de sécurité, qui ont su assumer avec “honneur et fidélité”, les missions qui sont les leurs. Un extrait de discours du président de la République, S.E Paul Biya, repris dans un Numéro spécial du magazine des forces de défense camerounaises faisait déjà un témoignage édifiant à cet effet: “Notre Armée a toujours su faire face à toutes les situations. Elle s’est montrée apte, depuis dix ans, comme par le passé, à remplir les missions qui lui étaient confiées”.

Un engagement à la paix

La préservation de la paix est assurément l’un des leitmotiv des Forces de défense et de sécurité. L’extrait du chef de l’État sus-mentionné en cite quelques exemples palpables :

– en 1991–1992, pendant la période de transition vers le multipartisme, en contribuant au maintien de l’ordre public ;

– depuis 1994, en s’opposant aux tentatives d’atteinte à notre souveraineté et à l’intégrité de notre territoire ;

– et aujourd’hui en participant aux côtés des autres forces de l’ordre à la lutte contre la criminalité urbaine et rurale.”

Cet engagement à la paix et à l’ordre à l’intérieur du pays va de paire avec une volonté affirmée de contribuer au maintien de la paix chez nos voisins. Ainsi, le Général de Division René Claude MEKA, relève la très bonne prestation des forces de défense camerounaises, au cours de l’exercice Barh-el gazel au Tchad en novembre 2007. De même, dans le cadre des opérations de maintien de la paix, les officiers camerounais et leurs hommes ont pris part à des opérations de paix au Darfour, en RDC et en RCA. Un engagement qui s’avère être une pré-condition au développement.

Apports au développement

Le Pr Alain Didier Olinga dira ainsi que “leur mission nouvelle, ce n’est plus seulement d’être l’élément armé dans la Nation, mais d’armer moralement, psychologiquement, civiquement la Nation”. Des missions que ces forces de Défense remplissent par ailleurs avec beaucoup de succès, si l’on s’en tient à certaines situations de terrain où il n’est plus étrange dans certaines zones en crise, de voir un soldat tenir la craie, et troquer ainsi son treillis contre les habits d’enseignant pour l’éducation des enfants.

Des réalisations d’intérêt général effectuées pour le bien-être des populations en général, sont également à prendre en compte. L’on peut citer dans cet ordre, la participation active du génie militaire aux activités de développement, en partenariat avec les administrations publiques. S’exprimant devant les députés, le Mindef , Joseph Beti Assomo, citera la réalisation des parcours Vita de Yaoundé, Douala ou de Ngaoundéré, la réfection des routes et autres équipements. À l’instar de la route Sangmelima-Djoum-frontière Cameroun-Congo. Sans oublier que le premier échangeur du pays a été réalisé par le génie, au niveau de Zamengoue, non loin de Yaoundé, avait alors ajouté le patron de la défense qui soulignait par ailleurs, que la liste des ouvrages du génie est incommensurable.

C’est dire si l’on peut véritablement compter, sur ces Forces de défense et de sécurité, pour un Cameroun où il fait definitivement bon vivre.

Aline-Florence Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.