L’Euro entraîne le Fcfa dans sa chute

La monnaie commune aux 19 pays européens recule de 1,5% face au dollar américain. Les effets se font ressentir sur la monnaie des anciennes colonies françaises.

 

 

Avec cette régression depuis le 5 juillet face au dollar américain, l’Euro atteint son niveau le plus bas en l’espace de deux décennies d’après les économistes. En effet, la zone Euro connaît une récession, après l’inflation de fin juin (8,6%), en raison des prix de l’énergie en dollars US. Ce qui oblige la Banque centrale européenne à envisager le relèvement de ses taux, lors de la réunion tenue le 11 juillet. Cet effondrement fait craindre un climat économique difficile aux pays ayant en partage le franc des Colonies Françaises d’Afrique (Fcfa).

Impact sur le Fcfa

Le Fcfa est la monnaie commune aux États de la « zone franc » créée à la fin des années 1930, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. À cause de la parité qui lie cette monnaie à l’Euro, les 14 pays (le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad pour ce qui est de l’Afrique centrale) de la zone franc de l’Afrique sont donc en passe de subir des variations de l’effondrement de la monnaie européenne. Autre conséquence du repli du FCFA face au dollar, c’est le recul de sa valeur face au yuan renminbi, la monnaie chinoise, et au dirham des Emirats arabes unis, des pays gros fournisseurs des zones de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) et de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Il est à noter que la devise africaine est en baisse de 10% depuis le début de l’année en cours. En date du 6 juillet, elle a été négociée à 640,1 Fcfa pour 1 dollar US, son niveau le plus faible. C’est une surprise désagréable pour les banques centrales des deux régions (UEMOA et CEMAC) à la veille de l’annonce des budgets 2023. Pour les pays exportateurs de matières premières (pétrole, or, gaz, cacao, coton), il s’agit d’ une aubaine permettant d’accroître les revenus d’exportation.

Avantages pour les exportations

Le recul de la valeur du Fcfa impacte positivement les exportations. En monnaie locale, le chiffre d’affaires des entreprises devrait croître. Le défi pour les régions qui l’utilisent réside donc au volume des importations, car il faudra dépenser plus en monnaie locale pour le paiement des factures internationales. Pour l’économiste togolais Yves Ekoué Amaïzo cité par RFI, les États africains pourraient également avoir des difficultés à rembourser leur dette et à payer pour les importations. Cependant, les exportateurs africains de matières premières seraient alors gagnants de cette parité monétaire Euro-Fcfa.

Dieudonné Zra (@zra_dieudonne)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.