BHB: éviter le piège de la toxicité

La question se pose au moment où une publication devenue virale sur les réseaux sociaux qualifie cette combinaison de repas le plus toxique d’Afrique.

Pour y voir plus clair, Josie K., spécialiste de l’alimentation tropicale, spécialisée dans la technologie alimentaire et la nutrition humaine, se propose, “émotions mises de côté”, d’éclairer objectivement notre lanterne au sujet de ce mélange de beignets-haricot-bouillie (BHB).

Le BHB potentiellement toxique ?

Josie K.: Il n’y a absolument rien de choquant à cela et pour cause, le premier ingrédient qui est la farine de blé raffinée se trouve dans des sacs de farine ayant la mention T45, T55. Ce qui indique très clairement qu’il s’agit d’une farine raffinée qui ne contient pas de vitamines et de sels minéraux à l’état de trace. En plus, pour la friture de la pâte, chez beaucoup de vendeuses en Afrique, l’huile est utilisée 3, 4, ou même 5 fois. Or, sachez que l’huile qui est chauffée et d’où s’échappe de la fumée, développe des substances toxiques tel que l’acrolein qui est une substance cancérigène. Vous comprenez donc qu’une personne qui mange les beignets haricots tous les jours va soumettre son organisme à tous ces radicaux libres qui, à la longue vont être source de cancers parmi lesquels, celui de l’œsophage et celui des intestins.

Cependant, le problème ne se pose pas avec le haricot parce que c’est une source de protéines et de glucides, donc on peut même dire que le haricot est l’aliment le plus sain que l’on va retrouver dans le BHB.

En ce qui concerne la bouillie, en général, la plupart des bouillies sont faites à base de farine fermentée. La fermentation va ainsi détruire complètement les vitamines que l’on pouvait retrouver au niveau du maïs. Au final, la bouillie que l’on a dans le bol, n’est plus qu’un triste amas d’amidon avec quelques sels minéraux qui ont pu survivre à l’eau de fermentation et du sucre.

Conclusion, les beignets apportent les glucides, de même que la bouillie. Une même source alimentaire donc sous la même forme. Une sorte de “tautologie” en somme.

Les destinataires privilégiés du BHB

Josie K.: Par conséquent, les premiers destinataires du BHB se veulent être majoritairement les personnes qui se dépensent beaucoup physiquement, à savoir, les sportifs de haut niveau et les personnes qui utilisent leurs muscles tels que les manœuvres de chantiers. Si vous ne faites pas partie de cette catégorie, je vous exhorterais à revoir à la baisse la fréquence et la quantité de votre consommation. Une fois par semaine ou une fois toutes les deux semaines, juste pour vous faire plaisir. Bien que les radicaux libres de l’huile de friture seront toujours présents, nous sommes au moins sûrs que vous ne risquez pas la prise de poids ou les maladies liées à l’accumulation élevée d’énergie.

Une consommation plus intelligente

Josie K. : Personnellement, je ne milite pas pour une suppression pure et simple du BHB de nos habitudes, car il s’agit d’un héritage. Par contre ce qui serait intéressant à faire pour une consommation intelligente, ce serait de trouver le moyen, chaque fois que l’on veut manger du BHB, de faire ses beignets-haricot soi-même à la maison. Pour cela, je vous conseillerais pour la pâte des beignets, d’utiliser la farine de blé complète de caractéristique T115, T150, beaucoup plus riche en sels minéraux et en vitamine B, puis d’utiliser l’huile de friture au maximum 1 à 2 fois.

Le petit truc en plus pour finir, lorsque vous vous servez, mettez un peu plus de haricot que de beignets. Ce faisant, vous apportez à votre corps de façon majoritaire, les protéines végétales qui sont très intéressantes pour la santé, au détriment de la farine de blé qui, comme vous le savez n’est pas si intéressante que cela.

Aline-Florence Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.