Circulation routière: Nkoabang respire

Le constat est fait depuis l’opération de désengorgement enclenchée par la mairie de Nkol-Afamba dans la nuit du 13 septembre 2022.


Les embouteillages interminables enregistrés sur les lieux ces dernières années, ont amené les autorités locales à passer à la phase répressive qui a abouti à la démolition des commerces construits anarchiquement sur les emprises publiques. Le résultat est aujourd’hui apprécié des usagers.

Une circulation plus fluide

Il est 8h30 ce mercredi lorsque nous arrivons au carrefour Nkoabang. Notre attention est attirée par la fluidité de la circulation en ces lieux pourtant toujours bondés de monde et de véhicules, y compris de poids lourds en provenance ou en partance des autres régions ou même des pays voisins. L’ordre y est maintenu par des agents de police postés de parts et d’autres. L’un d’eux nous assure d’ailleurs : “La police a mis sur place un dispositif pour renvoyer ceux qui prennent les taxis un peu plus loin du carrefour. Eviter aussi que certains “mototaximen” et “taximen” déchargent dans des lieux susceptibles de provoquer des bouchons”. Un dispositif maintenu selon l’agent, 24h/24. L’essentiel étant de s’assurer que la circulation est fluide.

Des commerces illégaux démolis

Une fluidité qui s’explique en grande partie par l’absence des vendeurs et autres commerçants qui avaient pris l’habitude d’investir les lieux pour leurs diverses activités. Leur absence est aujourd’hui à mettre sur le compte de l’opération de désengorgement de ce carrefour engagée depuis plusieurs jours et dont les résultats sont encore visibles. Des maisons et des installations démolies de parts et d’autres du carrefour sont là pour l’attester. Il en est de même des destructions au marché illégal de l’arrêt taxis de ce carrefour, désormais réduit à néant. Les mêmes démolitions sont aussi visibles tout au long des axes: Nkoabang-Tradex sur la route d’Akonolinga, Nkoabang-Mimboman et Nkoabang-10e arrêt. Une opération de désengorgement saluée par les populations. F. Abolo, conducteur de moto déclare à cet effet: ” Les voitures roulent déjà comme si on était sur l’axe lourd. C’est un bon travail, car nous-mêmes on se plaignait de ces embouteillages. On n’arrivait pas à travailler, on se cassait même dans les embouteillages”.

Les commerçants recasés

Après leur déguerpissement du carrefour Nkoabang, les commerçants ont été dirigés à 1,5 km de là, vers le marché approprié au lieu-dit dit “Entrée carrière”. Un marché qu’ils ont eu à déserter dans le passé pour aller s’établir en plein carrefour à Nkoabang. Seulement, l’on craint que les embouteillages de Nkoabang se déplacent, au vu de l’affluence provoquée par le marché, à cet endroit précis. Heureusement, Jean-François Ondigui Owona, le maire de Nkol-Afamba, affirme que ce cas est en étude. “Il ne faut pas transporter les problèmes de Nkoabang au niveau de l’entrée Carrière qui est l’entrée du nouveau marché. Cette question est en cours de discussion. Et si vous remarquez, on a fait un dégagement tout autour de ce carrefour-là pour éventuellement pouvoir élargir la route. Nous allons poser cette question au gouvernement. Nous-mêmes nous allons aussi entreprendre avec nos maigres moyens des choses qu’on pourra faire”, rassure-t-il.

Aline-Florence Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.