Le vaccin BCG est en rupture au Cameroun

Voilà plus de six semaines que ce vaccin qui permet de protéger les nourrissons et les enfants contre les formes graves de la tuberculose n’est pas disponible.

Christiane E., maman âgée de 37 ans est inquiète pour la santé de son fils Enzo qui entame son 8ème mois de naissance. Depuis bientôt un mois, il n’arrive pas à trouver un créneau pour recevoir en urgence sa dose de BCG (lien). La raison, le vaccin n’est pas disponible.

À l’hôpital de Biyem-assi à Yaoundé, on n’a pas l’air de se rappeler de la dernière dose administrée ici. L’infirmière en charge du volet vaccination est évasive. « Il y’a pas le vaccin. Nous attendons que les stocks soient renouvelés. Rien de plus », déclare-t-elle sans trop d’intérêt.

Quelques districts plus loin, précisément à l’hôpital de district d’Efoulan toujours à Yaoundé, l’on apprend que quelques doses résistent encore à la pénurie qui se généralise. Même si notre source préfère garder l’anonymat, elle parle d’une séance hebdomadaire. Le mercredi entre 08h et 10h pour une dizaine d’enfants.

La version officielle tarde

Contacté, Dr Shalom Tchokfe, le Secrétaire Permanent du Programme Elargi de Vaccination (PEV) n’a pas pu nous recevoir et encore moins transmettre des éléments pour mener à bien nos recherches. Néanmoins, nous avons pu apprendre de nos investigations sur le terrain que : le vaccin BCG est en rupture de stock depuis le 6 juillet 2022 au Cameroun. Cela fait suite à la production des vaccins Covid qui allonge désormais le délai de livraison des vaccins du BCG sont après l’achat. « La principale raison est la longue procédure d’approvisionnement des vaccins dits traditionnels, puisque la priorité actuelle est accordée à la Covid-19 », explique notre informateur ;
Il ajoute d’ailleurs que la sortie d’usine est annoncée pour ce 5 septembre et la livraison évaluée livraison entre le 12 et 13 septembre 2022.

 

Le danger est loin

Le Dr Solange Kam, pédiatre dans un hôpital de la capitale quant à elle pense que la pénurie n’aura pas un effet négatif sur la santé des enfants. « Ce ne sont pour l’instant que six semaines de rupture. Celles-ci sont facilement rattrapables car le BCG peut se donner à tout moment jusqu’à l’âge d’un an », assure-t-elle.

Aucune inquiétude donc à se faire. Les tous petits pourront à nouveau recevoir ce vaccin dans quelques jours. En attendant, ils peuvent respecter le calendrier vaccinal, en se laissant administrer les doses des vaccins disponibles.

 

Jeanne Ngo Nlend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.