Edmond Kuate : “L’Import-substitution est un levier de création et de multiplication de richesses”

C’est dans un entretien qu’il a accordé à Crtvweb, que l’économiste a apporté un éclairage sur cette notion d’import-substitution qui devrait être implémentée dans la loi de finances 2023. L’objectif étant de réduire la dépendance du pays vis-à-vis de l’extérieur.

Qu’est-ce que l’import-substitution?

L’import substitution est un concept qui traduit la nouvelle vision du gouvernement sur le plan économique contenu dans son nouveau document stratégique SND30 et qui vise à reduire considérablement les volumes d’importation des produits de consommation et encourager la production locale, en terme plus simple l’import substitution est l’initiative par laquelle le gouvernement entend substituer les biens de consommation importés par ceux produits localement.

Quels en sont les avantages?

Ce concept d’import substitution cher au gouvernement aura plusieurs avantages si et seulement si il connaît du succès dans son implémentation. D’abord il aura le mérite de nous couper de la très forte dépendance à l’importation, de reintrovertir notre économie en ce sens que nous allons enfin consommer ce que nous produisons, et surtout il permettra de réduire le déficit structurel de notre balance commerciale et équilibrer à terme notre balance extérieur de paiement.

Quels sont les domaines concernés?

Le domaine le plus concerné est l’agriculture. En effet le Cameroun est dépendant à très fort pourcentage de l’importation en produits alimentaires de première nécessité, notamment le riz, les céréales, le maïs, le poisson et bien d’autres produits dont le Cameroun offre pourtant un potentiel énorme à leur production.

Que gagne le Cameroun à adopter une telle politique?

Les Camerounais et en particulier les acteurs économiques gagneraient à embrasser et accompagner cette politique en ce sens qu’il constituera un levier solide de création et de multiplication de richesse et donc de croissance, un moyen d’ajouter de la valeur à la production locale en terme d’emplois, de maîtrise de procédés et de savoir-faire par exemple et aussi d’intensification et même de densification des chaînes de valeur de production et de transformation.

 

Propos recueillis par Aline-Florence Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.