#Fetenationale2023: A la découverte de la richesse culturelle du Cameroun

Le pays qui compte plus de 280 langues autochtones bénéficie d’une architecture traditionnelle atypique constituée notamment de quatre aires culturelles.

Il s’agit de la zone Fang-Béti, la zone des Grassfields, la zone côtière et la zone Soudano-sahélienne.

Les peuples Fang-Beti

C’est un groupe ethnique bantou que l’on retrouve dans la forêt tropicale de la région Sud-Cameroun et dans d’autres pays africains. Ils sont constitués de plus de 20 clans individuels qui vivent sous un chef traditionnel considéré comme la plus haute autorité. Les prises de décisions se
font par consensus. Leurs traditions sont basées sur des récits mythiques, des contes et légendes ainsi que le grand savoir-faire artistique et musical par lesquels ils racontent leurs histoires. Ils sont également célèbres pour les nombreux festivals et événements culturels organisés annuellement. Celà passe par des danses, du théâtre, de la musique, de la peinture, etc.

Les peuples du Grassfields

C’est la zone qui comprend les régions de
L’Ouest, du Sud-Ouest et du Nord-Ouest du Cameroun. Elle est composée de chaînes montagneuses et connaît de fortes précipitations et des températures fraîches et constantes pendant toute l’année. C’est une zone célèbre pour ses objets d’art et ses musées. Il s’agit entre autres des musées de Foumban qui
racontent l’histoire du peuple Bamoun, le musée de Bafoussam, le musée de Bandjoun ou encore les musées de Bafut et de Bali.

Cette zone culturelle qui est connue pour ses beaux costumes et ses danses
traditionnelles est aussi connue pour ses grands spectacles et festivals attractifs, tels que le festival du Nguon à Foumban, le festival du Nyang Nyang à Bafoussam, le festival Ngou Nguong à Baleng, les cérémonies traditionnelles du Kaing à Baham.

Les peuples de la côte

La zone côtière est composée des peuples Sawa (peuples de l’eau) qui appartiennent également au grand groupe des peuples Bantous que l’on retrouve dans la région du Littoral et dans d’autres pays d’Afrique. Les peuples Sawa partagent un patrimoine historique commun basé sur les valeurs ancestrales. Ils sont organisés en communautés vivant à la fois dans de grandes villes et de petits villages.

La fête du Ngondo est la fête traditionnelle des Sawa. Elle a lieu toutes les premières semaines du mois de décembre aux abords du fleuve Wouri. C’est un grand festival ponctué de danses et chansons traditionnelles avec pour but de regrouper la communauté Sawa du Cameroun et de demander la protection des ancêtres vivants dans l’eau. En plus du Ngondo, d’autres festivals sont également
organisés chaque année dans la région. A l’instar du festival Mpo’o à Edéa et le festival des Mbo’o vers Nkongsamba.

Les peuples soudano-sahéliens

On les retrouve principalement dans le septentrion camerounais. Ils sont caractérisés par des puissantes sociétés traditionnelles
organisées en lamidats, sultanats et
chefferies. Ils ont toujours gardé cette
organisation sociale qui coexiste avec
l’administration locale. Le mélange des
religions (traditionnelles, chrétiennes et musulmanes) génère un peuple mixte et
tolérant.

L’expression artistique se manifeste par l’artisanat, les cérémonies culturelles et la musique. Plusieurs festivals sont organisés annuellement dans les grandes métropoles de la région notamment pendant la saison touristique de novembre à mai et constituent une occasion idéale de se divertir. De petites festivités sont également organisées dans les différents lamidats, les sultanats et les chefferies.

Aline-Florence Nguini(Source: discover-Cameroon.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.