#RDC: deuil national ce lundi

Le pays observe une journée de deuil national ce lundi, en mémoire des morts et des disparus de Bushushu dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu.

Il y a eu plus de 400 morts, selon l’Oms et de nombreux disparus au Sud Kivu en République démocratique du Congo ce week-end. Les victimes ont été emportées par les eaux dans le territoire de Kalehe.

En effet, après des pluies diluviennes du 04 mai 2023, plusieurs cours d’eau sont sortis de leur lit entrainant d’importantes coulées de boue et de glissements de terrain. Dans les zones sinistrées, les dégâts sont énormes : des villages entiers ont été dévastées par les eaux. Dans les décombres, les rescapés sont toujours à la recherche de proches disparus.

Élections au Togo

Prévu jusqu’à samedi, la Commission électorale nationale indépendante a dû proroger le recensement à Lomé au Togo jusqu’à ce lundi. Les opérations se dérouleront ensuite dans d’autres zones du pays jusqu’au 3 juin.
Les principaux partis politiques de l’opposition avaient boycotté les législatives de 2018 et le recensement électoral, dénonçant des « irrégularités », rappelle l’AFP. Mais cette fois-ci, les leaders de ces partis sont mobilisés depuis plusieurs mois et ont demandé à leurs partisans d’aller « massivement » s’inscrire sur les listes électorales.

 

 

Le référendum coince

Au Mali, après des associations religieuses, ce sont des politiques qui ont réagi, dimanche 7 mai, à l’annonce officielle de la date du 18 juin pour le référendum sur le nouveau projet de Constitution. Réunis au sein du collectif « Appel du 20 février pour sauver le Mali », ces associations et partis politiques ont décidé d’empêcher par les voies légales la tenue de ce référendum.
Le fait de fixer une date pour l’organisation du référendum sur le projet de Constitution est juridiquement « illégal », affirme dans une déclaration un collectif d’associations et partis politiques. Réunis au sein d’une alliance dénommée « Appel du 20 février 2023 pour sauver le Mali », ces acteurs de la vie politique malienne très critiques vis-à-vis de l’action des militaires vont saisir la justice.
L’alliance de l’« Appel du 20 février pour sauver le Mali » presse pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel afin de tourner la page de transition. Le débat sur la tenue ou non du référendum sur le projet de Constitution devrait être plus animé cette semaine. Les partisans des autorités de transition ne se sont pas encore exprimés.

Sécurité inquiétante en RDC

Après la commune semi-rurale de Lubunga, les affrontements intercommunautaires entre les Mbole et les Lengola ont été également signalés ce week-end dans la périphérie du chef-lieu Kisangani, précisément sur l’axe Kisangani-Ubundu. Des villages entiers ont été incendiés sur cet axe, rapporte Afp. En plus des pertes de vies, il est difficile d’en établir un bilan.

La grève des enseignants annoncée

Le bureau exécutif national du Syndicat des Enseignants du Tchad (SET) appelle à une grève à partir de ce lundi 8 mai. En cause, le SET évoque les difficultés auxquelles font face les ménages et les travailleurs à la suite de la pénurie des hydrocarbures. Cette grève de trois jours vise, selon le SET, à protester contre « l’incapacité du gouvernement à assurer une vie descente à la population. »

Selon le constat du SET, le litre de carburant est passé du simple au triple, rendant difficile les déplacements sur les lieux de travail ; les coûts des transports interurbains ont flambé, les moulins et autres services ont presque cessé de fonctionner.

Aurélie Meyegue (Stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.