Cacao: le prix grimpe à 2520 Fcfa/kg au Cameroun

Le record a été battu ce le 20 janvier 2024 à Meyomessala dans le département du Dja-et-Lobo, région du Sud.

C’était au cours d’une cérémonie présidée par le ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana, en présence des autorités administratives ainsi que plusieurs forces vives de la région. Pour l’occasion, les producteurs de cet arrondissement ont mobilisé 73 tonnes de cacao de qualité dont 67 tonnes de grade 1 et 6 tonnes de grade 2. Trois opérateurs étaient en compétition et la mise à prix au cours de ce marché concurrentiel a été fixée à 2250 Fcfa.

Une aubaine pour les producteurs

Après des débats animés par l’Office national du cacao et du café (ONCC) et des propositions compétitives, la société Telcar a remporté la mise avec une offre de 2 520 Fcfa par kilogramme, dépassant ainsi le prix précédent de 2050 Fcfa/Kg obtenu à Nkolmbene dans l’arrondissement d’Obala au mois de novembre 2023. Cette vente a permis aux producteurs de Meyomessala d’encaisser sur place, et sans intermédiaires, près de 184 millions de Fcfa. 

Il s’agit donc là d’un record mondial détenu par le Cameroun, ceci, en droite ligne du plaidoyer mené par le gouvernement de notre pays, lors de la Réunion multipartite de Bruxelles en juillet 2017 et de la Conférence mondiale sur le cacao de Berlin en juin 2018. Deux rencontres au cours desquelles, le Cameroun a demandé la prise en compte de la notion essentielle, pour lui, du prix au producteur. Chose faite. À titre de comparaison avec d’autres pays, l’on constate par exemple que le prix demeure fixé à 1000 F en Côte-d’Ivoire alors qu’il est de 1100 F au Ghana.

D’autres augmentations envisagées

Pour le ministre Luc Magloire Mbarga Atangana, le prix de 2 520 F ainsi obtenu n’est qu’une étape, car, les prix devraient encore aller plus haut. Ceci, en raison de la spécificité du cacao du Cameroun, lequel a déjà été inséré par l’Organisation internationale du cacao dans la liste très sélective de cacao fin. La campagne que le gouvernement entend mener dans les semaines à venir pour que le cacao du Cameroun soit considéré comme un produit d’agroforesterie et qu’il soit rémunéré en conséquence, c’est à dire au-delà des prix du cacao conventionnel, devrait également participer de cette embellie, le Cameroun devant bénéficier d’une prime.

Pour tous ces efforts visant à améliorer les conditions de vie des producteurs, les organisations de producteurs agricoles de Meyomessala ont adressé une motion de soutien, au président de la République, Paul Biya. Ceci, au rythme des tam-tams et des balafons soutenus par les youyous des militantes du RDPC. 

Aline-Florence Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.