PEA-Jeunes: un coup de pouce pour l’entrepreneuriat jeune

Le Programme de Promotion de l’Entrepreunariat Agropastoral des jeunes (PEA-Jeunes) aura contribué, au cours de l’année 2023, à créer plus de 12 mille nouvelles entreprises qui ont généré près de 22 mille emplois directs.

Ce bilan a été fait dans l’adresse du président Paul Biya à la jeunesse du 10 février 2024. Des motifs d’encouragement qui viennent prouver le bien fondé de la mise en place dudit programme par l’Etat du Cameroun avec l’appui technique et financier du Fonds International de Développement Agricole (FIDA) en 2015.

Objectifs du PEA-Jeunes

Selon le coordonnateur national, Alfred Bela Tomo, le PEA-Jeunes a été mis en place dans le but de donner aux jeunes hommes et femmes, les moyens d’accroître leurs revenus et d’améliorer leur sécurité alimentaire. Ceci, à travers des entreprises rentables, intégrées dans les filières agropastorales porteuses le long de la chaine des valeurs, et offrant des opportunités d’emplois viables. 

Pour lui, « il s’agit là d’une réponse concrète que le gouvernement camerounais apporte à l’endroit des besoins et des préoccupations des jeunes, dans un secteur à fort potentiel de croissance que constitue le secteur agropastoral ». Relevons que le programme a pour cibles, les jeunes hommes et femmes âgés de 18 à 35 ans ayant déjà investi ou non dans les activités agropastorales mais, porteurs de projets individuels ou collectifs de création ou de développement dans le secteur agricole, et pastoral.

De bons résultats malgré la Covid

Depuis sa création, et ce malgré la survenue de la pandémie à Covid-19, les résultats de ce programme ont toujours été jugés satisfaisants. Le coordonnateur national relève à cet effet qu’en 2020, les résultats cumulés faisaient état de 1 993 entreprises établies sur un objectif à terme de 3700 entreprises, soit un taux de réalisation de 53,86%. En plus, précise-t-il, 38,78% de ces entreprises étaient gérées par les femmes. Par ailleurs, 7 972 emplois avaient été créés, soit 53,86% par rapport à la cible finale. 

Des emplois et entreprises concentrés dans le développement du secteur agricole et pastoral, notamment dans le secteur aquacole. Selon le FIDA, le secteur avicole est ciblé dans la mesure où la production de poissons au Cameroun ne suffit pas à répondre à la demande intérieure estimée à 400 000 tonnes par an. Ce qui amène le pays à importer plus de 200 000 tonnes de produits halieutiques par an pour la consommation nationale. 

Ainsi, grâce au Pea-Jeunes, cette tendance est à la baisse et il est question de créer encore plus d’entreprises individuelles ou collectives afin de toucher un maximum de ménages.

Aline-Florence Nguini

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.