Mémoire

Chapitre 2

Cuisine et beauté d'antan chez les Sawa

Le Ngondo est un donné à voir époustouflant d’authenticité, notamment dans les savoir faire ancestraux. Et s’il y a bien un domaine qui fait le charme de ce peuple, c’est l’art culinaire. Il n’est pas seul. La cosmétique également. Des connaissances qui se sont enrichies et s’enrichissent au fil des rencontres. Mais il faut l’avouer, ces capacités, les sawa le doivent surtout à l’inventivité ancestrale.

Gourmandise et beauté patrimoniales, témoignages de femmes d’âge

Douala et les contées voisines ont la réputation d’être des oasis du bien-manger. Et les menus qui ont la cote en zone urbaine comme en rase campagne, ce sont les plats de grand-mère. On y fait ripaille avec gourmandise.

Extrait vidéo : Palestine MPONDO ; DIGNITAIRE SAWA. Responsable des femmes dans le Ngondo.

Ekok’a makwamba ( Gâteau de manioc ) 

En première ligne des recettes les plus prisées figure le célèbre Koki . Un mets qui est en odeur de sainteté dans le Sawaland. Il y a même une variété de plats dérivés de L’ EKOKE, avec des assortiments et des assaisonnements des plus simples.

Extrait vidéo : Sarah Kala Lobe Kuta , dignitaire sawa

Il y a là de quoi faire saliver les convives des gueuletons du week-end dans la cité côtière. Bien évidemment, cet art culinaire ancien n’est plus la partage des femmes d’aujourd’hui, elles qui prennent plaisir aux mélanges et audaces, souvent savoureux, et parfois également dégoûtants.
C’est qu’à la vérité, cuisiner chez les anciens était tout un art qui incluait la transmission. Une inventivité tricotée de simplicité, si l’on en croit les deux doyennes rencontrées.

Extrait audio : Sarah Kala Lobe Kuta , dignitaire sawa.

Extrait audio : Palestine Mpondo , chargée des questions de femme dans le ngondo

Autres fleurons de la gastronomie des villages Sawa, le macabo battu à de l’huile rouge et le plantain cuisiné pareillement . Il faut avoir bonne main, semble-t-il, pour réussir à préparer ces recettes.

Extrait vidéo : Sara Kala Lobe Kuta , dignitaire sawa

Extrait audio : Palestine Mpondo , chargée desv questions de femmes dans le NGONDO

Ajoutons à ce tableau d’autres faits d’arme. Les saveurs du passé témoignent aussi d’une capacité locale extraordinaire à conserver les denrées. Exemple à couper le souffle, les anciens ont développé une technique pour produire de l’eau bien fraîche. Une manière de faire du réfrigérateur avant l’heure.

Extrait vidéo : Sarah Kala Lobe Kuta , dignitaire sawa.

De l’art ancien de se faire belle.

C’est connu, et c’est peu discutable. La femme Sawa est chic et mode. Les soins qu’elle met à paraître toujours élégante font pâlir d’ envie d’autres femmes du Cameroun et d’ ailleurs. Cette seconde nature relève-t-elle de la modernité, du contact avec la culture occidentale par effet de mimétisme? Non, clament les anciens. Il existe un art ancestral du beau chez ce peuple de l’eau. Un art attesté et célébré du reste par le concours miss Ngondo. Attraction qui montre à chaque édition qu’il y a une grammaire du beau propre aux côtiers du littoral. 
Des bouches plus avisées sur le sujet, vont plus loin dans l’analyse en démontrant que les femmes de ces contrées mettaient un grand soin à garder sans souillures leur peau, cheveux et apparences en puisant dans la nature, le supermarché pour bonnes toilettes de l’ époque.

Extrait vidéo:  Sarah Kala Lobe Kuta , dignitaire sawa

Extrait vidéo : Palestine Mpondo , Chargée des questions de femmes dans le Ngondo

Le patrimoine floristique offrait donc tout le nécessaire et sans débourser le moindre franc. Les shampoing qui font florès de nos jours, ont une histoire bien africaine. 
Dans le jardin familial ou encore, à fleur de rue, des fleurs d’hibiscus et d’autres herbes faisaient l’affaire.

Extrait vidéo : Palestine Mpondo , chargée des questions de femmes dans le Ngondo.

Extrait audio : Sara Kala Lobe, dignitaire sawa

Pour les huiles de beauté, c’est encore chez dame nature qu’il fallait faire provision.

Extrait video :  Sarah Kala Lobe, dignitaire SAWA

Extrait Audio :  Mme Palestine MPONDO, Chargée des questions de femmes dans le Ngondo

Ces dames d’âge flottent dans la nostalgie. Avec raison, lorsqu’on considère les dégâts des produits cosmétiques et de l’usage qui en est fait.

Extrait video :  Sarah Kala Lobe, dignitaire SAWA

En puisant dans le passé à partir de la mémoire longue de nos deux interlocutrices, on a pu étancher notre soif de savoir ce qui fait le charme de la cuisine et de la mode chez les sawa .
On ne demandera pas à travers ces lignes d’ inscrire ces trésors culinaires dans les beaux-arts, mais de les tenir pour facteurs d’ attractivité dans le positionnement touristique du Cameroun comme on devrait le  faire pour les cuisines des autres communautés du pays.
Quant au patrimoine floristique, la gourmandise des bio pirates devraient éveiller le Ngondo, et même les autorités publiques sur l’urgence du recensement des variétés de la flore susceptibles d’inspirer l’ industrie de la cosmétique. Un recensement pour connaitre le potentiel, le protéger, l’exploiter durablement, semble s’ imposer au rang des urgences.

“NGONDO; Histoire, peuple et Culture”
Nos remerciements sont adressés à :  La Fondation AfricAvenir International
– Léopold Magloire B.YANDO de l’agence ACCOMPI+
Narration : Serge POUTH
Photos/Videos : Merling CHIMEGNI
Edition : Martin NZOKPA, Hervé DJOUFACK

Développement / Design :  Landry LEUNKEU, Abdoulaye Mougnol , KINYOG MAKON
Coordination TEHWUI LAMBIV, Elvire KABA, Mireille BISSECK
Supervision  générale : Charles NDONGO

© CRTV 2019